« J'ai tout vécuen chansons »

Recueilli par Benjamin Chapon

— 

« Petite, j'inventais des mélodies dans le jardin de ma grand-mère. »
« Petite, j'inventais des mélodies dans le jardin de ma grand-mère. » — VINCENT DELERM

Elle s'appelle L pour Raphaële, son prénom. Elle, c'est la nouvelle tête bien faite et bien pleine de la chanson française. Son premier album, Initiale, est une merveilleuse collection de chansons classieuses au lyrisme délicat.

Qui est L ?
Bonne question. Je ne suis pas sûre de pouvoir répondre. Comment font-elles, les autres ?

Souvent, elles détaillent leur parcours.
Moi, mon parcours, c'est des rencontres avec un tout petit cercle de musiciens, dont Babx, mon amoureux, qui m'ont poussée à composer des musiques autour de mes textes.

Vous n'aviez pas de formation musicale ?
Oui et non. Sur le plan technique, je m'y suis mise sur le tard, vers 19 ans. Sur le plan émotionnel, tout ce que j'ai vécu, les voyages ou les amours, je les ai vécus en chansons.

C'est-à-dire ?
Petite, j'inventais des mélodies dans le jardin de ma grand-mère. Plus tard, je chantais pour endormir mes amis. Mais je n'avais jamais pensé faire ça de ma vie. Quand j'y repense, tout ça est logique.

Musicalement, votre univers est

très marqué, très fort…
C'est gentil de dire ça. Quand j'ai commencé à lui chanter mes textes, Babx m'a dit : « La chanson française a besoin de toi. » Il déconnait. Enfin, j'espère. C'est plutôt moi qui ai besoin de la chanson pour vivre.

La beauté à tire d'« L »

Elle chante la jalousie, la dépendance et les petites laideurs magnifiquesdu sentiment amoureux avec la grâce surannée des « grands »de la chanson francophone : Brel, Ferré… L a une voix douce qui attrape l'oreille, des instrumentations prodigieuses mais surtout un sens exquisde la mise en scène mélodico-dramatique. L'Initiale de L est majuscule.