Georges Brassens était un anarchiste punk

Benjamin Chapon

— 

Georges Brassens
Georges Brassens — JEANNEAU/SIPA

Brassens n’est pas un vieux machin poussiéreux. Comme le démontre l’exposition à la Cité de la Musique, à Paris, le chanteur du Gorille et de Les Copains d’abord, entre autres tubes vendus à des millions d’exemplaires, est l’un des artistes français les plus intéressants. L’occasion de revenir en vidéo sur des aspects méconnus de la  personnalité de Georges Brassens.

Malgré la pipe, le gilet sale et sa diction des années 1930, George Brassens a été l’idole des jeunes. Si, si. La preuve avec ce passage, en 1962, sur le plateau de «L’école des Vedettes» (le X Factor de l’époque). Brassens y a l’air aussi à l’aise que l’autre jeune star, Johnny Hallyday.

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Georges Brassens analyse la crise du disque. On n’a pas attendu megaupload, deezer et autres pour causer de comment rémunérer les artistes. Brassens, en 1980, sent sa fin proche et ne se fait pas de souci pour ses royalties (il ne s’en est jamais vraiment fait d’ailleurs) mais est un peu inquiet pour la jeune génération.

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Brassens n’aimait pas causer de sa méthode ni de ses chansons. Cette émission est donc l’une des rares occasions d’entendre le compositeur expliquer comment il s’y prend. Sans fausse modestie.

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Brassens est un anarchiste presque punk. La preuve dans cet entretien où il explique son rapport «aux choses et à la liberté.»

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Sur le plateau d"Apostrophes", avec, entre autres le Général Bigeard, Brassens s’affirme comme le père spirituel de NTM. 

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Deux artistes populaires qui débattent pendant plus d’une heure, sans coupure publicitaire, sur l’engagement, la désobéissance civique et l’anarchisme, ce ne serait évidemment plus possible de nos jours. Hé bien en 1969 non plus. Cette émission, L’invité du Dimanche, entre Jean Ferrat et Georges Brassens a été censurée. Jean Ferrat ne fut plus jamais invité à la télévision après cet épisode. 

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Et pour démontrer combien Brassens est encore vivant dans les têtes, un extrait du «Championnat du Monde des Brassens» et de La Pompe Moderne, illustres continuateurs de l’œuvre du poète à la pipe.


 


>> Lire Brassens montre ses muscles