Emotions en blouse blanche

— 

Les « petites mains » de l'atelier Dior ont été très applaudies, à Paris, vendredi.
Les « petites mains » de l'atelier Dior ont été très applaudies, à Paris, vendredi. — B. TESSIER / REUTERS

Privée de John Galliano, accusé d'avoir proféré des insultes racistes, la maison de couture Christian Dior a rendu hommage vendredi au savoir-faire de ses ateliers et a rappelé les valeurs d'une maison, éprouvée par une semaine de crise. La tension était palpable avant le début du défilé, que Dior avait choisi de maintenir par respect pour ceux qui avaient travaillé sur la dernière collection automne-hiver signée Galliano. Comme pour marquer la fin d'une ère, les modèles ont défilé peu maquillés, dans une atmosphère sage, dépourvue des mises en scène chères au designer déchu, au son d'une musique moins tonitruante qu'à l'accoutumée. A l'issue du défilé, ce sont les membres des ateliers qui sont venus saluer sous un tonnerre d'applaudissements. J. M.