Pierre Lapointe: «Pop ou expérimental, les gens me suivent, c'est fou»

MUSIQUE Le Québécois sort un album live, «Seul au piano»...

Recueilli par Benjamin Chapon

— 

Pierre Lapointe, star au Québec.
Pierre Lapointe, star au Québec. — J. LONDONO

Idole au Québec, Pierre Lapointe pourrait enfin séduire la France avec son album live, Seul au piano, moins ampoulé et gothique qu'à l'accoutumée.

Pourquoi un album solo au piano? Fatigué des orchestres flamboyants?
Je voulais célébrer mes dix ans de métier et trouvais trop facile de faire un best of. Un solo au piano, je ne l'avais jamais fait, même à mes débuts.

Ce live ne ressemble pas à vos concerts habituels plus théâtraux…
Pour le CD, j'ai enlevé les blagues parfois obscènes que je fais entre les morceaux. C'est le genre de choses qui vieillit mal.

Diriez-vous que cet album, plus dépouillé, vous ressemble plus?
Non, sur scène je joue toujours un rôle. Je viens distraire les gens avec un show. Ce n'est jamais vraiment moi. J'ai longtemps refusé d'aller voir les gens après les concerts pour ne pas casser ça.

Et aujourd'hui?
Je vais plus facilement vers les gens. Mais c'est toujours étrange de parler de son soi artistique. Je ne parle jamais de ma musique avec mes amis par exemple.

En tournée, vous continuez à écrire des chansons?
Je suis sur quatorze projets en même temps. Je pense trop et j'en oublie de dormir. Je prépare un album qui m'obsède, complètement fou. Je ne peux pas trop en parler, mais ce sera radical. Les gens vont vomir ou crier au génie.

Vous êtes un artiste populaire ou un artiste expérimental?
Que je fasse de la musique pop ou que je joue avec un quatuor expérimental, les gens me suivent. C'est fou.

Oui, enfin, les Québecois surtout…
C'est vrai. Ici, j'ai un succès plus mesuré. Au Québec, je suis devenu connu du jour au lendemain. J'avais peur des gens parce qu'ils m'aimaient de façon disproportionnée.