Agoria, super chaman

joël Métreau

— 

Sébastien Devaud,                                alias Agoria.
Sébastien Devaud, alias Agoria. — Denis Rouvre

Loin des hits électro validés par les services marketing, Agoria continue d'édifier une œuvre sans artifices. Après des disques de mix et la BO du film Go Fast, le DJ et musicien, âgé de 35 ans, fait part de son Impermanence. Ce troisième album, qualifié d'« épanoui et intime » et né d'un désir de « contemplation », possède une élégance sereine, jamais snob.
Car dans son univers, Agoria s'efface volontiers pour céder la place aux autres. Tricky ou Neneh Cherry étaient autrefois venus chanter sur ses albums. Cette fois, il convie le DJ Seth Troxler, dont une de ses performances l'avait fasciné. Seth avait réussi à faire danser le public sur de l'ambient, sans rythme donc. « C'est compliqué d'amener les gens en transe. C'est un moment de communion assez magique. »
Impermanence invite ­naturellement l'Américain Carl Craig, « le fon­dateur de la techno » : « Ce n'est pas juste un mec qui sort des disques, court le monde et prend de l'argent. Il est très impliqué dans la vie locale de Detroit, il a une âme militante. »
Comme Agoria, qui avait ­participé en 2003 à la création des Nuits sonores, festival de musiques électroniques de Lyon, dont il est originaire. « La vie nocturne donne aux villes une jeunesse, une vitalité et un caractère sexy », souligne-t-il.

« Touffu et épars »
Trois ans plus tard, il cofonde un label afin de promouvoir des jeunes artistes. Infiné fait se tutoyer la musique classique et l'électro, à l'image d'Impermanence, où les morceaux prêts à se déployer en club se lovent contre des pistes atmosphériques, avec violoncelle et ­cuivres. « Mes albums ont toujours été touffus et épars. Je creuse mon sillon dans cette voie : la transversalité. »
L'un des plus beaux titres de l'album accueille Kid A, « une artiste noire américaine, mais à sa voix, on a l'impression que c'est une Islandaise ou une Norvégienne ». Le morceau s'appelle Heart Beating (Battement de cœur). Et pour un chaman, c'est le rythme de tous les rythmes.