Ce qu'il faut retenir du Midem 2011

MIDEM 20minutes.fr fait le bilan de cette 45e édition...

Sandrine Cochard
— 
Un stand au Midem à Cannes, le 24 janvier 2011.
Un stand au Midem à Cannes, le 24 janvier 2011. — AP Photo/Lionel Cironneau

De notre envoyée spéciale à Cannes

Des chiffres, des innovations, et une polémique, 20minutes.fr fait le point sur le Midem 2011.

Une polémique aux NRJ Music Awards

Au lendemain de la soirée de remise des prix, un article du Parisien basé sur des sources anonymes met en doute la légitimité du palmarès. Jenifer et M. Pokora sont visés nommément, accusés d’avoir bénéficié d’un coup de pouce bienvenu alors que les ventes de leurs albums respectifs ne décollent pas. Jenifer se dit «blessée» sur Facebook tandis que NRJ se fend d’un communiqué pour défendre son processus de vote qu’elle assure «clair et transparent».

Le disque toujours plus bas

Une fois de plus, les ventes physiques du disque -dont on pensait qu'elles avaient touché le fond l'an passé- ont enregistré une nouvelle baisse en 2010 (-8,9% en valeur par rapport à 2009), entraînant dans leur sillage le marché de la musique enregistrée (le marché de gros a représenté 554.4 millions d'euros en 2010, contre 589.3 millions en 2009 soit une baisse de 5.9 %), selon les chiffres dévoilés lundi par le Snep (le syndicat des producteurs de musique). Il s'agit de la huitième année consécutive de baisse depuis 2002.

Le numérique trouve son modèle

Les ventes digitales sont en hausse (+14,1%, à 88.1 millions d'euros) et semblent avoir trouvé leur modèle. Ainsi les recettes liées à l’abonnement à un service de musique en ligne sont en hausse de 60% (à 14.5 millions d’euros contre 9 millions en 2009), sans doute dopées par l'explosion du nombre d'abonnés -500.000- à l'offre premium de Deezer depuis son partenariat avec Orange). L’autre principale source de revenus issus du numérique est le téléchargement légal, avec des recettes en hausse de 29% par rapport à 2009 (soit 48,5 millions d’euros). A l'autre bout de la chaîne, le marché des sonneries dont le Snep s’accorde à dire qu’il est arrivé en fin de cycle, voit son chiffre d'affaires chuter de 21% passant de 6,7 millions d’euros en 2009 à 5,2 millions d’euros en 2010.

Les producteurs ne croient plus au streaming gratuit

Alors qu'une étude publiée dimanche par la Sacem affirme que le streaming vidéo gratuit est la première source de consommation musicale des 15/24 ans, le Snep condamne ce modèle pourtant légal. «Le streaming financé par la publicité n’est pas viable pour nous, selon le patron d’Universal, Pascal Nègre. Il ne nous rapporte que 9,8 millions d’euros (+8% par rapport à 2009, ndlr). C'est trop destructeur de valeur.» Selon lui, il faudrait «dégrader» ce modèle pour inciter les internautes à passer au payant. En clair, le gratuit n’est qu’un produit d'appel dont la finalité reste les abonnements payants.

Les Frenchies s’exportent bien

22% de la musique française est vendue à l’international et ces exportations ont pesé 134,9 millions d’euros en 2009. Ses meilleurs ambassadeurs? David Guetta (2 millions d’exemplaires de l’album One love vendu à l’international), Phoenix (750.000 exemplaires de Wolfgang Amadeus Phoenix écoulés dans le monde) et Charlotte Gainsbourg (plus de 150.000 ex d’IRM vendus).

Un internaute français sur deux avoue être un pirate

Sans doute l’étude la plus attendue du Midem, celle réalisée par l’Hadopi et qui révèle que 49% des internautes français déclarent «une pratique illicite». En clair, un internaute sur deux opte pour le téléchargement ou le streaming illégal. Leurs sources privilégiées de contenus illégaux confirme le recul du peer-to-peer (42%) et la croissance du streaming (64%) et du direct download (37% -notons à cet égard l'explosion de la fréquentation du site Megaupload ces derniers mois en France). Mais le principal enseignement de cette étude réside dans le développement du piratage. «La pratique ne ralentit pas et se diversifie», note l’étude. Et la peur du gendarme -l'Hadopi- ne semble pas dissuasive puisque 52% des internautes affirment que la Haute autorité ne les incite pas à changer leurs habitudes. Plus inquiétant pour l'industrie culturelle, 29% d'entre eux affirment avoir opté pour l'illégalité depuis moins de six mois.

Nouvelle tête

Dominique Leguern, directrice emblématique du Midem depuis 2001, cèdera sa place à Bruno Crolot, à l’issue de cette édition. Avec un bilan positif selon elle. «J’ai rencontré des gens extraordinaires, écouté des artistes vraiment talentueux et je me suis fais un bon nombre d’amis», a-t-elle déclaré dimanche en recevant des mains de Frédéric Mitterrand sa médaille d’officier dans l’ordre des Arts et des Lettres.

 L’importance des réseaux sociaux

Avec plus de 15 millions de fans sur Facebook, David Guetta est l’un des artistes les plus populaires sur le réseau social. Le DJ a expliqué samedi les raisons de son succès. «Le contenu est la clé. Depuis le début j'ai la chance d'être avec une équipe qui est très impliqué sur Internet. On offre beaucoup de contenus», a-t-il souligné, reconnaissant ne pas entretenir seul sa page Facebook mais affirmant être seul maître de son compte Twitter.