PPDA: Le nègre supposé dément

LIVRES Bernard Marck donne sa version des faits au Parisien...

C.P.
— 
Patrick Poivre D'Arvor dans Vol de Nuit, sur TF1, le 1er décembre 2010
Patrick Poivre D'Arvor dans Vol de Nuit, sur TF1, le 1er décembre 2010 — CHOGNARD ETIENNE / TF1 / SIPA

A la question «Qui a fait le gros du travail?», Bernard Marck répond «C’est Patrick, il s’est bien investi.» Lui dont L’Express suggère, dans son enquête, qu’il a probablement été le nègre de Patrick Poivre d’Arvor sur la biographie d’Ernest Hemingway signée par le journaliste, dément. «Je ne suis pas nègre, affirme-t-il. En tous cas, je ne le conçois pas comme ça.»

Le problème évidemment, pour Bernard Marck, c’est que son degré d’implication peut le compromettre dans les accusations de plagiat. S’il y a eu plagiat, et si ce n’est pas Patrick Poivre d’Arvor qui a écrit lui-même le livre, en tous cas en partie, ses nègres peuvent donc être également accusés.

«On m’impose le silence»

«Est-ce vous qui vous êtes très largement inspiré de cette bio de Peter Griffin, citée sans guillemets dans celle de PPDA?», interroge donc Le Parisien. «J’ai donné ma parole, je ne peux pas répondre directement. Patrick est profondément affecté, il s’impose le silence, et moi on me l’impose.»

Pour ce qui est des raisons expliquant le plagiat, Bernard Marck va dans le sens de l’éditeur. Il s’agit de cafouillages, de mauvais fichiers partis à l’impression, de manque de relecture. «Sur d’autres bios, il m’est arrivé d’oublier de mettre des guillemets, avance-t-il. Des emprunts, j’en ai fait, et j’ai aussi été plagié. (… ) Il n’y a pas de mauvaise intention.»

En revanche, au moment d'évoquer la polémique déclenchée autour de la biographie signée par PPDA, l’interprétation de Marck est différente: «Des gens lui en veulent. Il y a un règlement de comptes dans cette histoire.»