« J'ai raté le concert de Nirvana en 1991 parce que j'étais au bar »

— 

L'association des Transmusicales met en ligne aujourd'hui son site Mémoires de Trans*, une plate-forme d'archives numérisées des dix premières éditions. De quoi réveiller les souvenirs de festivaliers fidèles.
« Ma première fois, c'était en 1983, avec TC Matic, le groupe d'Arno. J'avais 18 ans, c'était dingue », raconte Patricia. Depuis, elle y va tous les ans. Elle aurait pu voir Nirvana. « Je les ai ratés, j'étais au bar ! D'ailleurs, j'étais avec un critique qui a signé un article élogieux sur eux le lendemain… Sans les avoir vus ! »
Dominique a lui couvert les Transmusicales en tant que photographe. Il se souvient du concert des Bérurier Noir en 2003, qu'il a vu du haut des coursives de l'ancienne salle, la Liberté. « La foule ressemblait à un champ de blé balayé par le vent. Toute la salle tremblait, c'était hallucinant ! »
La même édition a marqué Anthony : « On a vu arriver Ben Harper sur scène. Il a mis tout le monde en transe. Après je me souviens de Keziah Jones, arrivé torse nu et la guitare à la main. C'était sauvage ! » Patricia évoque, elle, un concert de Denez Prigent. « Il chantait du traditionnel breton devant un public de punks ! »à Rennes, Camille Allain