Isaac Sidel en visite chez ellroy et pennac

— 

Jérôme Charyn, auteur de Citizen Sidel.
Jérôme Charyn, auteur de Citizen Sidel. — DR

Dans la littérature américaine con­temporaine, Isaac Sidel est un des hommes qui incarnent le mieux le rêve américain. Ce commissaire à Manhattan, découvert en 1976 dans le livre Marilyn la Dingue de Jérôme Charyn, puis dans Z'yeux-Bleus, Kermesse à Manhattan jusqu'à ce Citizen Sidel, est déjà devenu maire de New York dans Rue du Petit-Ange. Mais ici, il est en passe de devenir… vice-président des Etats-Unis. Malgré le poids des responsabilités, Sidel, n'oubliant jamais son premier métier, se débrouille pour toujours avoir une enquête à faire.
Le voici donc colistier de Michael Storm, candidat démocrate à la Maison Blanche. Dans ce ticket, la popularité de Sidel est bien supérieure à celle du numéro un, aussi ce dernier va-t-il s'évertuer de combattre… son par­tenaire.
Citizen Sidel, récit de la campagne ­électorale, est une partie de billard à trois bandes : Storm, Sidel, et le président républicain sortant, qui ne se prive pas d'attiser le feu démocrate. Une histoire qui emprunte tout autant au roman d'espionnage qu'à la chronique new-yorkaise (cadre habituel de Charyn, le livre s'y déroule entièrement) et qui, fait nouveau, lorgne autant vers James Ellroy que vers Daniel Pennac, dont Charyn est finalement le pendant américain. Un roman paru il y a dix ans aux USA, mais qui garde toute son actualité.Hubert Artus