Fin d'enquête pour Wallander et Rebus

Hubert Artus

— 

Les auteurs Henning Mankell et Ian Rankin terminent chacun un cycle d'histoires.
Les auteurs Henning Mankell et Ian Rankin terminent chacun un cycle d'histoires. — DRL. I. BERGMAN

On jette le dernier gobelet de café, on pose l'arme de service. John Rebus et Kurt Wallander ne devraient plus revoir un commissariat de l'intérieur. Apparu dans Meurtriers sans visage (1991), Kurt Wallander pointe toujours à Ystad, en Suède, avec le sentiment d'être « ce personnage en pleine confusion à la périphérie des événements ».

Une bible et quelques bières
L'Homme inquiet (Seuil « Policiers ») est la neuvième et ultime apparition du commissaire, à présent grand-père. Né en 1948 comme son « père », Henning Mankell, maître du polar suédois, Wallander est de plus en plus dépressif, oublie son flingue au restaurant et va plonger dans une histoire d'espionnage qui remonte à la Seconde Guerre mondiale.
Comme son nom le donne à penser, l'Ecossais John Rebus créé par Ian Rankin est plus complexe. Hanté par la mort comme Wallander, mais bien plus cynique, il lit Dostoïev­ski, la Bible, et s'enfile des bières.
En vingt ans d'une carrière agitée, depuis L'Etrangleur d'Edimbourg (1987), il a enquêté sur les petites frappes, les pédophiles, les nationalistes et leurs trafics d'armes avec l'IRA, un ex-nazi, sans oublier la corruption économique ou… policière. Exit Music (Ed. du Masque) est sa sortie de scène et la dernière occasion de coffrer son ennemi juré : le chef de la pègre d'Edimbourg.

Kenneth le kurt

Wallander a le privilège d'être incarné à l'écran dans deux séries, l'une suédoise, et l'autre de la BBC avec Kenneth Branagh Déjà diffusée sur Arte,cette dernière sera programmée dès demain sur la chaîne du câble et du satellite 13e Rue.