Aline Afanoukoé les fait tous frissonner

Anne kerloc'h

— 

J. GOURBEIX / STORY BOX PHOTO / EUROPE 1

Plongées dans un bar de glace les ­célébrités fondent et se livrent. Depuis la rentrée, l'animatrice Aline Afanoukoé enregistre une fois par mois pour Europe 1 son « Top d'Aline » en direct de cet espace à -10 °C situé dans l'hôtel arty le Kube (Paris, 18e).
Une interview les yeux dans les yeux et les mains dans les moufles, lors de laquelle « Aline brise la glace  ». Cette fois-ci c'est la chanteuse, star des années 1980, Cindy Lauper qui passe au traitement à frissons. Chevelure flamboyante type coucher de soleil sur l'Arctique, c'est tout naturellement que l'Américaine, conviée pour la sortie de son album Memphis Blues, enfile la doudoune blanche sur sa tenue de cuir noir, et fonce sur le lit de glace.

Bousculer les sensations
« Elle est géniale. On lui fait une réputation de diva, mais là, elle y va à fond et s'amuse, exulte Aline Afanoukoé. Ce qui m'intéresse, c'est d'offrir à chacun un moment de vérité, dont il se souviendra. Sur Nova, je faisais des interviews dans le noir, intimistes. Le bar de glace du Kube, d'une autre façon, bouscule les sensations de l'invité pendant l'entretien. » Résultat, « comme ils ont envie de sortir assez vite, ils se lâchent ! Ils sont beaucoup plus francs », explique l'animatrice.
Eh oui, difficile de la surjouer quand on papote dans des sacs de couchage, en compagnie d'un ours en peluche. « Quel­le est ta plus grande victoire ? », demande-t-on à Cindy Lauper. « D'avoir résisté à la pression de la société, de ne pas être devenue une femme soumise… » De buées en chair de poule, on apprend que Cindy a brûlé son soutien-gorge devant sa mère, qu'elle a un mari qu'elle adore…Le final se joue a capella sur une chanson jazzy sur Paris. Verdict de la girl Cindy : « That was funny ! »