Les bons petits plats des chambres de bonne

Stéphane Leblanc

— 

Keda Black ajoute de la menthe et des cacahuètes pilées dans ses nouilles sautées.
Keda Black ajoute de la menthe et des cacahuètes pilées dans ses nouilles sautées. — Marabout

A une enjambée du clic-clac et un coude de la télé, l'étudiant que vous êtes a peut-être repéré, dans un coin dis­cret de sa studette, la présence réconfortante d'un minifour et d'une pla­que deux feux. Avec, sous l'évier, une poêle et une casserole au cas où vous prendrait l'envie fortuite de cuisiner…
Mais comment s'y mettre quand on sait à peine couper une pizza Hut en huit ? S'en remettre aux conseils de Keda Black, qui vient de publier Cuisine de l'étudiant, les basiques (Marabout). Un livre plein de bon sens et de petits schémas pour expliquer le pas à pas de bonnes petites recettes basiques.

« Mieux vaut éviter les mélanges »
« Concocter des plats pas chers et faciles à faire, c'est mon rayon », explique celle qui, à 34 ans, n'est plus vraiment une étudiante, mais qui cherche toujours « à se simplifier la vie en cuisine » : dauphinois au micro-ondes, « parce que les patates cuisent plus vite », burger dont la viande est « bien assaisonnée avant d'être cuite », ou spaghettis de minuit, cuits à l'eau puis réchauffés « avec un peu d'huile, d'ail et de piment, tout simplement ».
Ses ustensiles « indispensables » se limiteraient presque à une poêle, une casserole et une cuillère en bois. Ses in­grédients de base à une bouteille d'huile, de l'ail et du citron. « Je suis très minimaliste, prévient-elle. Quand on n'y connaît rien, il vaut mieux éviter des mélanges trop nombreux. » Pour le dessert, elle conseille une salade d'agrume à laquelle elle ajoute toujours un petit bout de gingembre cristallisé, comme on en trouve chez les traiteurs chinois. « Ça casse l'amertume et l'acidité, tout en apportant une saveur subtile, inédite. » La touche d'un chef en devenir.