un joujou pour les joues des mâles

laurent bainier

— 

Enfin, les hommes peuvent stimuler…
Enfin, les hommes peuvent stimuler… —

Ils ne l'avoueront jamais. Pourtant il y a des années que, le soir venu, dans l'intimité de leur chambre, les hommes s'électro-stimulent les poignées d'amour. Bourrelés du remord du buveur de houblon, ils offrent à leur sangle abdominale avachie le traitement que la Floride réserve aux tueurs en série : de bonnes décharges électriques pour soulager la conscience.

299 € le casque
Dans quelques jours, les branchés de l'électrode auront de nouveaux muscles à martyriser. Slendertone, le spécialiste des ceintures qu'on serre pour se payer une nouvelle silhouette, lance Face, un casque anti-âge dédié aux hommes. L'appareil stimule via de petites décharges les muscles du visage afin de faire disparaître les rides. Il existait déjà pour les femmes. Il sortira dans quelques jours* en version noire parce que le noir plaît aux hommes (bah oui!). Et qu'il est crucial de les convaincre.
Si 16 % des mâles utilisent déjà une crème anti-âge, les autres s'en tartinent. Ils sourient benoîtement à la vie sans se douter du sale tour qu'elle leur réserve. Car à partir de 30 ans, chez l'homme, la masse musculaire diminue naturellement. Or, un visage jeune est un visage ferme. Avec l'âge, le muscle se relâche, la joue s'affaisse et l'on se retrouve comme une pomme blette quand vient la saison des pêches : fripé et déconfit.
Alors, on regrette. On regrette de ne pas avoir passé dix minutes par jour à se faire titiller la pommette sous l'œil amusé de ses collègues. On regrette de ne pas avoir investi 299 € dans un casque anti-âge. On regrette d'avoir cru tata Suzanne, qui nous assurait que les femmes adorent les hommes ridés, alors qu'il suffisait de scruter tonton Jeannot, ses 113 kilos, son marcel et son haleine de fumeur pour comprendre que tata avait des goûts contestables. On regrette même de ne pas avoir lu cet article. Puisqu'à défaut de vous convaincre, il aurait peut-être pu vous dérider, le sourire restant à ce jour le meil­leur remède contre les mines tristes.