Comment les films en 2D sont-ils convertis en 3D?

CINEMA Alors que Lucasfilm annonce le retour de «Star Wars» en 3D...

Sandrine Cochard

— 

Des spectateurs portent des lunettes 3D lors de la première du film «Avatar» au Comic-Con à San Diego, le 23 juillet 2009.
Des spectateurs portent des lunettes 3D lors de la première du film «Avatar» au Comic-Con à San Diego, le 23 juillet 2009. — M. ANZUONI / REUTERS

La 3D est la nouvelle mode à Hollywood. Depuis le succès exceptionnel d’«Avatar» - qui a engrangé 2,7 milliards de dollars (1,98 milliard d’euros) de recettes dans le monde – les studios se jurent plus que par la 3D. Ainsi en 2011, plus d’une vingtaine de films seront proposés en relief («Pirates des Caraïbes/ La Fontaine de Jouvence», «Transformers 3», «Jackass» ou encore l'épilogue de la saga Harry Potter). Ce nouveau marché devrait prochainement s’ouvrir aux vieux films, tournés en 2D, pour leur offrir une seconde jeunesse. Lucasfilm a d’ores et déjà annoncé que la saga «Star Wars» serait de retour au cinéma en 3D à partir de 2012…

Travail fastidieux 

Pourtant, le chemin de la 2D à la 3D n’est pas aisé. C’est un travail fastidieux qui exige de scanner chaque image puis de la dédoubler. Il est ensuite nécessaire de recréer par ordinateur l’illusion de la profondeur de champs, seule solution pour les films qui n’ont pas été tournés avec des caméras 3D. Ensuite, les images sont légèrement décalées et modifiées (en niveau de rouge et de cyan pour le procédé d’anaglyphe).

Pour percevoir ce décalage, qui va produire l’effet 3D, il suffit alors au spectateur de se doter de lunettes spéciales qui vont «duper» le cerveau. Celui-ci interprète alors le décalage et restitue les informations de luminosité, de couleur mais aussi de longueur, de largeur, et de profondeur. Objectif: créer l’illusion de la vision stéréoscopique, que nous avons naturellement grâce à nos deux yeux

Les explications avec ce programme court, diffusé sur Arte en 2008, qui décrypte le mécanisme de la 3D:


 

Toutefois, le résultat ne serait pas à la hauteur des attentes. «Je ne suis pas emballé pour le moment par ce procédé de conversion, confiait Michael Bay à Deadline Hollywood, en mars dernier, alors que les studios Paramount Pictures lui demandaient de convertir «Transformers 3» en 3D. Pour l’instant, cela ressemble à de la fausse 3D, avec des couches beaucoup trop visibles. Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent sur mes films, mais ils sont techniquement précis, et si le procédé n’est pas excellent, je ne souhaite pas le faire. Et c'est mon choix». Et de conclure: «Le procédé de conversion sera toujours inférieur à un tournage en vraie 3D».