L'hommage à Claude Chabrol

S. L.

— 

Isabelle Huppert, touchante et émue.
Isabelle Huppert, touchante et émue. — S.LEBLANC / 20MINUTES

Emotion et recueillement, vendredi sur le parvis de la Cinémathèque française à Paris. C'est là, qu'avant d'être inhumé au Père-Lachaise, Claude Chabrol a été célébré par ses amis du monde du cinéma. Au cours d'une cérémonie sobre et solennelle, « à l'image de“Chacha” », ainsi que le surnommaient ses proches, puisque, comme l'a rappelé Serge Toubiana, le directeur de la Cinémathèque, « Claude était profondément laïc et agnostique ».
Le discours d'Isabelle Huppert restera comme le plus bouleversant, rappelant au bord des larmes comment Chabrol l'avait accompagnée dans sa vie, notamment lors de la mort de sa mère : « Il disait qu'il ne faut pas laisser la mort grignoter le vivant. » Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a ensuite lu le début des mémoires de Chabrol, à paraître en novembre. Intoxiquée au gaz, sa mère, enceinte, avait failli le perdre. « L'histoire de ma vie, écrit-il, a commencé par l'annonce de mon trépas. »
A la télé, Arte lui rend hommage ce soir à partir de 20 h 40 en diffusant deux de ses films, Les Fantômes du Chapelier (1982) et Merci pour le chocolat (2000) ainsi qu'un grand entretien avec son ami l'historien Jean Douchet.