Début des 27es Journées du patrimoine

CULTURE 15.000 lieux publics ou privés ouvrent leurs portes ce week-end...

J.C. avec AFP

— 

COUPREAU / SIPA

L'appartement du général Cambronne à Nantes ou les coulisses du cabaret parisien du Lido? Quel que soit votre choix, vous êtes invité à vous joindre à la grande fête des Journées du patrimoine pendant tout le week-end. Pour cette 27e édition, près de 20.000 animations sont proposées et plus de 15.000 lieux, publics ou privés, ouvrent leurs portes, le plus souvent gratuitement, dévoilant des salles ou des jardins parfois peu accessibles au public.

L’année des «grands hommes»

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand donnera le coup d'envoi de ces Journées créées en 1984 sous la présidence de son oncle François Mitterrand. Lui-même sera sur le pont samedi à 10h pour accueillir ses hôtes du jour au ministère, rue de Valois.

Cette année, les «grands hommes» sont mis à l'honneur: les visiteurs pourront notamment pénétrer dans l'appartement où est né Stendhal à Grenoble, dans celui du philosophe Auguste Comte à Paris, dans la prison militaire de Montluc où fut incarcéré Jean Moulin ou encore dans la dernière demeure du peintre espagnol Francisco Goya à Bordeaux.

>> Pour connaître le programme complet, c'est par là

Traditionnellement, les lieux les plus courus sont ceux du pouvoir: le Sénat, l'Assemblée nationale et l'Elysée. Le Domaine national de Versailles, est également très fréquenté. Bercy expose pour la première fois une lettre de Turgot de 1774 où le nouveau contrôleur des finances de Louis XVI explique son plan pour assainir les finances publiques «sans augmenter les impôts ni creuser la dette». A l'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), de jeunes «guides de banlieue» feront visiter leur quartier, «des jardins ouvriers des années 1930 aux barres HLM des années 1970».

L'an dernier, plus de 12 millions de visites avaient été enregistrées sur deux jours.