À Venise, Sofia Coppola reçoit un Lion d'or des mains de son ex

— 

Pas d'Italiens au palmarès de Venise. Pas de Français non plus. Et aucun des favoris : Tsui Hark, Abdel Kechiche, Pa­blo Larrain… Pire : à défaut de rugir, le Lion d'or a fait jaser la presse italienne hier matin. Somewhere, le nouveau film de Sofia Coppola, s'est imposé samedi soir « à l'unanimité », selon Quentin Tarantino. Mais voilà, le président du jury est aussi l'ex-petit ami de la lauréate. Si bien que Tarantino a dû bien insister sur le fait que « rien d'autre que la qualité des films n'a influencé le jury ». On veut bien le croire. D'ailleurs, Catherine Deneuve, favorite pour le prix d'interprétation chez François Ozon (Potiche), n'a rien remporté malgré la présence d'Arnaud Desplechin dans le jury.
Vu la qualité des nombreux films en lice, on s'étonnera juste que deux prix (mise en scène et scénario) couronnent La Balada triste de trompeta, de l'Espagnol Alex de la Iglesia et deux autres (prix spécial du jury et interprétation pour Vincent Gallo) Essential Killing du Polonais Jerzy Skolimowski. Un choix qui répond sans doute à de vrais coups de cœur, à défaut d'un quelconque souci d'équité.S. L.