Claude Chabrol est mort

CINEMA Le réalisateur avait 80 ans...

J. M. avec AFP

— 

Le réalisateur Claude Chabrol reçoit un prix récompensant ses 50 ans de carrière au festival du film international de Berlin, le 8 février 2009.
Le réalisateur Claude Chabrol reçoit un prix récompensant ses 50 ans de carrière au festival du film international de Berlin, le 8 février 2009. — F. BENSCH / REUTERS

Le cinéaste Claude Chabrol est décédé ce dimanche matin à l'âge de 80 ans, a annoncé à l'AFP Christophe Girard, adjoint du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë. Le réalisateur du «Beau Serge», de «Violette Nozière», de «La Cérémonie» ou encore de «Merci pour le chocolat» était né le 24 juin 1930 à Paris.

>> Le portrait de Claude Chabrol est par ici

C'était «un immense cinéaste français, libre, impertinent, politique et prolixe. Merci Claude Chabrol, merci pour le cinéma!», a commenté Christophe Girard, adjoint chargé de la culture sur son blog.

«Claude Chabrol était un grand auteur et un grand cinéaste. Il tenait de Balzac pour la finesse de sa peinture sociale. Il tenait de Rabelais pour son humour et sûrement aussi pour sa corpulence, mais il était surtout lui-même dans ses films comme dans sa vie. Et je suis certain qu'il manquera beaucoup à chacun», a déclaré de son côté Nicolas Sarkozy, au sortir de la grotte de Lascaux qu'il visitait ce dimanche.

«Un érudit, rigolo, pointu»

«Claude était la joie de vivre même, je n'arrive pas à imaginer qu'il soit parti, à aucun moment il ne parlait de la mort», a réagi Gérard Depardieu sur RTL. «Il avait cet amour de la nourriture, du partage, cet esprit drôle, il avait tout, il avait l'histoire du cinéma, la passion, il avait aussi l'enfance, il a le rire, il aussi le plaisir».

Clovis Cornillac, qui a joué aux côtés de Gérard Depardieu dans«Bellamy», denier long matrége du réalisateur en 2009 a déclaré sur France 3: «J'ai l'impression que l'on perd au-delà d'un réalisateur qui a sacrément compté, surtout un camarade, un très très bon camarade (...) un érudit, rigolo, pointu, qui à mon avis, pour tous ceux qui l'on croisé, ça compte, ça laisse pas indifférent.»

>> Retrouvez l'oeuvre de Claude Chabrol en vidéorama en cliquant ici

Côté politique, Bertrand Delanoë, a estimé qu'«avec lui disparaît l'inventeur d'un cinéma inspiré, foisonnant et profondément humain (...) A travers Madame Bovary, Landru ou encore La Cérémonie, Claude Chabrol a produit une oeuvre immense, particulièrement originale, qui se dresse aujourd'hui comme un monument du cinéma français». 

Xavier Bertrand a indiqué que l'UMP «salue la mémoire de cet immense cinéaste qui savait si bien mettre en avant ses acteurs. Sa sensibilité lui permettait de nous offrir en tant qu'acteur un jeu particulièrement touchant et, en tant que réalisateur, une peinture authentique de nos provinces qui aura marqué pour toujours le cinéma français».

«Touche à tout de génie et réalisateur prolifique»

«J'éprouve une grande tristesse (...). La vie nous avait séparés mais je gardais, et lui aussi je crois, un souvenir attendri de nos années de jeunesse. Claude avait été membre du Comité de la Corpo de droit que je présidais. Il était déjà fou de cinéma et nous entraînait, au détriment de nos cours de droit, tous les matins au cinéma "Le Paris" pour voir les films qui allaient sortir et dont nous discutions à perte de vue à la sortie», a quant à lui indiqué Jean-Marie Le Pen, avec qui le réalisateur avait entretenu amicale pendant leurs études de droit. 

Le secrétaire national du PCF Pierre Laurent a salué le «touche à tout de génie et réalisateur prolifique» quil« alliait admirablement l'exigence artistique et populaire. Que ce soit avec humour ou gravité, il traquait le vice, la bêtise, le mensonge, particulièrement quand la bourgeoisie qu'il détestait les camouflait derrière une hypocrisie de mauvais aloi».