Un jeu pour réveiller les nuits virtuelles

Cédric couvez

— 

Le jeu « Nightclub City », disponible sur Facebook, permet de gérer son club virtuel.
Le jeu « Nightclub City », disponible sur Facebook, permet de gérer son club virtuel. — DR

« Hier, j'ai fait la fête avec l'animatrice télé Oprah Winfrey, roulé une pelle à Bruce Lee et fait vomir Puff Daddy en lui balançant le dernier Toxic Avenger derrière les platines ! » Non, non et encore non, Marion, belle clubbeuse de 23 ans, n'est pas en pleine descente d'une overdose de Lexomil… elle est tout simplement accro à « Nightclub City », le dernier jeu viral gratuit qui envahit la Toile à travers Facebook.
Le pitch est simple : con­struisez votre boîte de nuit en choisissant soigneusement la décoration, créez votre avatar, balancez vos DJ sets et invitez des célébrités pour faire grimper la popularité de votre rade. Tel un spin-off des « Sims » version Ibiza, « Nightclub City » s'impose comme une traînée de poudre (blanche) en cette rentrée chez les branchés.
« Tout ce qui fait un club y est, mais évidemment, ce n'est pas vraiment aussi facile dans la vraie vie ! », assure Adrien Moisson, big boss du Scopitone, la célèbre boîte rock parisienne. C'est d'ailleurs un de ses amis, installé à San Francisco, qui a lancé l'application il y a quatre mois : « Le succès est incontestable, le jeu a séduit près de 10 millions d'utilisateurs. » Car une fois les premiers niveaux passés, difficile de s'arrêter lorsque le tiroir-caisse sonne aussi fort que le sound system virtuel. « Il y a un côté addictif assez important avec le fait de pouvoir s'occuper du club en temps réel. Contrairement à d'autres jeux, si on reste devant son ordi, on peut mieux faire tourner la boîte, on se sent plus impliqué ! », confie Joachim Labrande, DJ résident du club des Saints-Pères.

Faire danser ses amis
Le côté simulation plaît également aux organisateurs de soirées comme Sébastien de Vaux, le patron des noubas Electrochic : « Un des atouts de “Nightclub City”, c'est le côté complet, comme les extensions du club, le choix du design, mais également le fait que ce sont vos propres amis Facebook qui viennent faire la fête dans votre club virtuel. Ça apporte une touche de réalisme. » Moins cher qu'un cocktail au Baron et plus hype qu'une partie de poker, ce jeu a tout pour devenir le passe-temps favori des teufeurs.