René la taupe: Un prout au taupe des ventes

MUSIQUE Ou comment une taupe est parvenue au succès...

Benjamin Chapon

— 

C’est officiel, le tube de l’été est l’œuvre d’une taupe un peu enrobée et pétomane. Avec sa chanson Mignon, mignon, René la Taupe squatte la première place du top single digital et sort jeudi en disque. Ce qui devait, à l’origine, n’être qu’une sonnerie de téléphone est devenu un super coup commercial. La société Fox Mobile, créatrice du personnage, avait déjà à son actif les succès de Crazy Frog ou Lapin Câlin. «Des personnages comme ça, on en lance entre quatre et six par an, explique Stéphane Boulissière, directeur commercial de Fox Mobile France. En cas de succès, on est toujours prêts à dérouler. Pour René la Taupe, on sortira un nouveau titre cet automne, et pour la suite un album est tout à fait envisageable. Le succès est déjà largement au-delà de nos espérances. Au-delà du single qui en est à plus de 80000 téléchargements payants, on a écoulé plus de 200 000 produits.» A savoir, des sonneries de téléphone, fonds d’écran ou encore des mini-jeux mettant en scène le personnage.

Et pourtant, des textes à la chorégraphie de Mignon, mignon en passant par l’animation 3D, on frôle la nullité absolue. «Ce côté pas trop abouti, travaillé, c’est justement l’impression qu’on voulait donner. Nous sommes une équipe d’une dizaine de personnes pour créer ces personnages. On guette les dernières tendances avant d’écrire leurs chansons.» La tendance serait donc à l’embonpoint, la scatologie et les textes bêbêtes. «Je dirai plutôt naïfs et drôles, se défend Stéphane Boulissière. Le succès vient de là. Ces textes simples sont un contre-pied à tout ce qui se fait dans la chanson française. Et le fond des paroles - un personnage qui assume et aime les bourrelets -  va à l’encontre du culte des corps minces et bronzés. Ça parle aux gens. René la Taupe a un discours.»

René la taupe dérange

Visiblement, ce que René la Taupe a à dire dérange. Si, sur Facebook, des centaines de profils et des milliers de pages ont été créé en hommage à René la Taupe, un nombre conséquent appelle également à son extermination. «A coup de pelles», «de club de golf», ou, plus simplement, par pendaison. «On ne peut jamais faire l’unanimité, philosophe Stéphane Boulissière. N’importe quel artiste a ses détracteurs. Lady Gaga par exemple. Et regardez Bono, il prend la tête à tout le monde avec son soutien à des œuvres de charité.» Largement commentée et parodiée sur internet tout l’été, la chanson aurait même été conçue pour faire débat. Stéphane Boulissière confesse que la vulgarité et les fautes de français dans les textes sont «voulus pour créer le buzz, pour faire parler les gens. Il n’y a pas de recettes. On teste les personnages tout au long de l’année mais on ne sait jamais à l’avance ce qui va marcher ou pas. C’est la magie de notre métier.»