«Minitel Rose, c'est une rencontre de plage»

INTERVIEW A l'occasion de la sortie de leur premier album, le trio Nantais a accepté de répondre à nos questions...

Raphaël Bosse-Platière

— 

Le trio Nantais Minitel Rose avant leur concert au Nouveau Casino à Paris le 21 juillet 2010
Le trio Nantais Minitel Rose avant leur concert au Nouveau Casino à Paris le 21 juillet 2010 — LIGHTS & MUSIC/DR

Depuis sa création, le groupe Minitel Rose fait l'unanimité. Loin de prendre la grosse tête, le trio Nantais a su profiter du buzz et a sorti son premier album Atlantique (Futur/EMI) en mai. Ils ont accepté de répondre à 20minutes.fr juste avant un concert plein d’énergie, qui nous a fait voyager mercredi au Nouveau Casino.

Pourquoi avoir appelé votre album Atlantique ?

Parce qu’on l’a entièrement composé face à l’océan Atlantique. Et que toutes les étapes importantes de notre groupe ont eu un rapport avec l’Atlantique de près ou de loin. Et puis le mot est joli, c’est mystérieux.

Cet album est plus pop que ce que vous faisiez précédemment, notamment votre maxi The French Machine. Pourquoi ce choix?

En fait, on s’est orienté plus dans cette voie là parce que c’était des morceaux que l’on aimait jouer sur scène. En cherchant à se débarrasser du superflu, on est allés vers quelque chose de plus simple, plus pop. On a essayé d’allier le côté festif et dansant, tout en espérant que notre public pouvait aussi l’écouter chez lui ou dans son MP3 en pleine journée.

Votre nom est un hommage au fleuron de la technologie française qu’était le minitel. Pourtant, toutes vos chansons sont en anglais…

On a toujours écouté des musiques en anglais. Donc ça nous semblait logique. Et puis ça aide à s’évader.

Et pourquoi ce nom?

C’est ce qui collait le mieux avec notre univers et puis on a trouvé ça drôle.

Comment vous êtes-vous rencontrés?

C’est une rencontre de plage. On passait nos vacances au même endroit et on est devenus amis. On avait les même goûts alors on a monté un groupe pour s’amuser.

Comment percevez-vous le buzz autour de votre groupe depuis trois ans ?

On ne s’en rend pas vraiment compte. On continue à faire cela pour s’amuser, et quand on doit faire un concert dans une ville que l’on ne connaît pas ou à l’étranger, on a l’impression de partir en vacances.

Que pensez-vous d’un autre groupe nantais qui cartonne: Pony Pony Run Run.

On déteste! Non je plaisante. On aime beaucoup ce qu’ils font, ce sont des amis depuis très longtemps. On est très contents que cela marche pour eux parce qu’ils ont mis un peu de temps avant de percer mais c’est vraiment mérité.

>> La vidéo de Pony Pony Run Run en Acoustic chez 20minutes c'est ici

Quel est votre meilleur souvenir?

La fête de la musique cette année. On était chez nous, à Nantes, en tête d’affiche devant 7.000 personnes sur la place centrale de la ville.

A l’inverse, avez-vous un mauvais souvenir?

On a fait un concert devant trois personnes en Allemagne un soir de fortes pluies. Mais c’était très cool quand même...

Le mot de la fin ?

On a soif et très envie d’aller jouer. D’ailleurs venez nous voir jouer, on adore ça.

MINITEL ROSE @ LE CHABADA (TRAILER) from Someone Factory on Vimeo.

>> Retrouvez l'inégralité de l'interview sur Lights & Music

Dans les années 80, si Minitel Rose était...

Une chanson?

«Forever Young» de Alphaville.

Un film?

Purple Rain de Albert Magnoli

Un personnage?

Patrick Swayze

Un événement?

La chute du mur, on avait quatre ans…