Jim Lee rhabille Wonder Woman

BD Elle portera désormais un pantalon...

Charlotte Pudlowski

— 

Wonder Woman, 2010
Wonder Woman, 2010 — DC Comics ©

Elle en aura mis du temps à s’habiller – pour le plus grand bonheur de ses fans. Mais Wonder Woman a fini par trouver un pantalon. Rassurez-vous c’est plutôt un legging. Une paire d’épais collants, pas un baggy. Néanmoins c’est une mini-révolution chez les super-héros.
 
Etre prise au sérieux
 
Le 600e album de l’héroïne sort aux Etats-Unis, et pour cet anniversaire Jim Lee, dessinateur de comics et co-éditeur de DC Comics, lui offre un relooking. Le super body de Wonder Woman a été longtemps critiqué: pas très pratique pour combattre, ou sexiste. D’un seul coup, les jambes de l’icône seront donc recouvertes. Et une veste lui tombe sur le dos. Elle garde néanmoins ses attributs fétiches: bracelets, diadème, lasso magique…

Il s’agit en partie de rendre la vie plus facile à la jeune femme de 69 ans. Sa veste et son pantalon lui permettront de passer inaperçue en civil, et de se changer plus rapidement en cas de besoin.
 
Le nouveau design de sa tenue, selon le scénariste J. Michael Straczynski «reflète ses origines dans le monde des humains et celui des amazones», puisque Wonder Woman est une princesse amazone, ambassadrice dans le monde des humains. L’auteur explique que le nouveau costume montre mieux «ces deux aspects, réunis pour la victoire finale, et souligne aussi le chemin qu’elle doit prendre, en joignant ces deux facettes».
 
Nouvelles directions
 
Le changement de forme introduit un changement de fond. Les dieux olympiens qui ont donné naissance à Wonder Woman ont transformé le Temps. «Les Dieux, pour des raisons qui leur sont propres mais qui pourraient aussi avoir un lien avec leur survie et celle de la Terre, ont transformé le cours du temps» explique J. Michael Straczynski. Et l’histoire de l’héroïne a changé de passé. Elle avait autrefois ses racines dans les mythes grecs. Elle est désormais née dans un environnement urbain et moderne.
 
Une renaissance littéraire métaphorique que le costume accompagne, et que les fans devraient bien recevoir. «C’est une wonder woman au look 21e siècle» selon l’auteur. Et peut-être que le 21e siècle veut rhabiller les femmes.