Une bonne toile à trois euros

S. L.

— 

Trois euros la séance après une première payée au tarif en vigueur. Cela fait vingt-six ans que ça dure et ils étaient encore 4,6 millions à participer à la Fête du cinéma l'an dernier. Mais c'est quand même moins la cohue depuis que la Fédération nationale des cinémas français a eu l'idée d'allonger la durée des festivités à une semaine.
Jusqu'à vendredi, on peut donc se laisser bercer par L'Illusionniste, de Sylvain Chomet, terrifier par les bestioles fantastiques de Splice, le nouveau Vincenzo Natali qui sort mercredi. Ou rugir de plaisir à écouter Shrek faire son « greu » à bon compte, dans le dernier épisode de la saga. Attention les yeux, néanmoins : pendant la fête, les séances en 3D relief restent majorées du tarif de location des lunettes. Toujours pas comblés ? La BNP, partenaire de l'événement, prolonge la fête d'une semaine pour ses clients. Et deux gros événements se lancent dans la foulée : le très cinéphile festival de La Rochelle et Paris cinéma, dans la capitale.