Béton et acier swinguent sur le lac Michigan

La rédaction du routard et mohamed najmi

— 

Le Loop, célèbre métro circulaire, utilisé à souhait par les scénaristes américains.
Le Loop, célèbre métro circulaire, utilisé à souhait par les scénaristes américains. — FOUBERT / ISOPIX / SIPA

« Sheecaaaagoooo! » Le mot est chuinté, chanté, scandé dans une teinte bluesy par le conducteur de bus de la Greyhound. ça sonne comme une nostalgie, celle de l'époque du jazz à la Scott Fitzgerald.
Car une fois débarqué au terminus, dans l'antre de la « Windy City », des images révolues virevoltent dans la tête : les bads boys, Dillinger et autres gangsters coiffés de leur feutre, une mitraillette en bandoulière. Mais depuis, sur le trottoir, l'orgueil démesuré et les vendettas ont laissé place à la loi et à une ville bien rangée.

Al Capone coulé par le béton
Majestueuse comme la superbe statue du Roi Lear qui trône à l'ombre du siège du Chicago Tribune, homme métal prostré, au bout de Magnificent Miles, une sorte de Champs-Elysées balayés par le vent et les différentes migrations du Midwest. Qui aurait pu le croire ? Al Capone et sa truanderie supplantés par Mies van der Rohe. L'architecte allemand exilé sur les bords du Michigan est le papa des skyscrapers. « Yes they Can » : au bord du lac Michigan, Chicago est devenue le paradis de la géométrie agréable, capitale mondiale de l'architecture postmoderne.
Le trek sur bitume commence dans le Loop, le quartier des affaires où a été construit le premier gratte-ciel. Dans cet amas de béton poétisé, on dénombre la plus grosse concentration de buildings historiques. Un quartier-musée cerné par « the L », le vieux métro aérien rouillé et bringuebalant. Construit en 1893, il garde jalousement ses quais en chêne massif. Car Chicago, c'est surtout l'élégance intemporelle dans la matière. Illustration avec le Santa Fe Building qui date de 1904. A voir aussi, le Rookery Building est le premier skyscraper à être doté d'ascenseurs. Il est difficile de tous les citer, mais le Monadock Building mérite une petite halte. La construction démontre le mariage heureux et révolutionnaire du verre et des aciers américains, un style magnifié par l'omniprésent Mies van der Rohe.

Pizza épaisse pour le GI
Chicago pense aussi à la panse. « The Windy City » est la mère de la deep dish pizza, pizza à la croûte épaisse et richement garnie, inventé pour les GI de retour du front italien lors de la Seconde Guerre. Et pour digérer, il y a le Millennium Park, un véritable musée de sculptures contemporaines à ciel ouvert, un des lieux de promenade des Chicagoans. Franck Gehry, encore un archi, y a déposé son bijou : le Jay Pritzker Pavilion, un auditorium destiné aux concerts en plein air. Sous son toit ondulé en métal, le vent, le blues et la débauche d'acier font swinguer la frontière du Midwest.