Alors, C'est qui le boss des bosses ?

Joël Métreau

— 

John Marston.Dante.Samus Aran.Naked Snake, de la série « Metal Gear Solid ».Donkey Kong et Diddy Kong.
John Marston.Dante.Samus Aran.Naked Snake, de la série « Metal Gear Solid ».Donkey Kong et Diddy Kong. —

« Va te faire – biiiiiiiiiiip –, fils de – biii­iip – » Les bad boys du jeu vidéo, eux, laissent rarement leur langage au vestiaire. Et, sur le terrain, s'ils leur arrivent de faire équipe, c'est quand ça les arrange. Car le bad boy se la joue plutôt solitaire, sa pre­mière stratégie consistant à faire bais­ser les yeux de ses adversaires. Soutenir son regard est déjà une épreuve. Voici l'heure des états généraux des bad boys, notre top des beaux et musclés, justiciers ou hors-la-loi, qui encaissent les coups sans broncher.

Si l'homme descendait du singe, l'ancêtre des bad boys s'appellerait Donkey Kong. Sans ce primate, Mario n'aurait jamais existé. En effet, le premier jeu qui voit apparaître l'icône de Nintendo, c'est « Donkey Kong ». Et comme Mario s'appelait encore « Jumpman », il pratiquait le saut en hauteur pour éviter les tonneaux que balançait le singe de mauvais poil. Trente ans plus tard, Donkey est largement passé du côté lumineux de la force, le reptilien Bowser lui ayant piqué sa place au panthéon des méchants de Nintendo. Dévoilé au salon du jeu vidéo E3, « Donkey Kong Country Returns » remet la banane à la série sur Super Nintendo. Ce jeu de plate-formes sort sur Wii à l'automne.
Le temps de s'apercevoir de leur présence, et leurs ennemis mangent le sol. Sam Fisher, héros des « Splinter Cell », et Snake, celui des « Metal Gear So­lid », prennent des cheveux blancs, mais leur force de persuasion res­te intacte. Naked Snake fait une nouvelle démonstration de son talent pour l'infiltration dans « Metal Gear Solid : Peace Walker », qui vient de sortir sur la console portable PSP.
La règle de la parité n'étant jamais respectée, ces femmes sont d'autant plus énervées : de la souple Lara Croft à la bitchy Bayonetta en passant par la tarantinesque Rubi Malone de « Wet ». Mais parmi les « bad ass girlz », il y en a une qu'il faut éviter de mettre en boule : Sa­mus Aran, l'héroïne de la série de science-fiction « Metroid ». Difficile de reconnaître sa féminité sous son armure métallisée jaune mangue et rouge fraise, comme de reconnaître le petit cœur qui bat derrière les carapaces des durs à cuire. Depuis 1986, la galaxie colporte les ­exploits de Sa­mus Aran. En cette fin d'année, la saga continue. « Metroid : Other M » (sur Wii) va tenter de percer les secrets de la chasseuse de primes, en racontant l'histoire de son passé.

Laisse tomber les moumoutes, les franges et tout le brushing. Ne rien avoir sur le caillou, ça fait viril, comme en témoignent Kratos et Agent 47. Le premier met les dieux à terre dans les « God of War », l'autre fait rejoindre les âmes au ciel dans les « Hitman ».
Mieux vaut l'avoir effilée et nerveuse la lame, pour entrer rapidement dans le vif du sujet. C'est le credo de Ryu Hayabusa, personnage des « Ninja Gaiden » et des « Dead or Alive ». C'est également celui de Dante, et de sa fidèle épée Rebellion, qui prouve que les bads boys s'habillent aussi en Prada.
Balafré et la voix grave, voici John Marston, le loubard de la grande banlieue ouest des Etats-Unis au début du XXe siècle. Dans « Red Dead Redemption », le boy s'avère un peu plus « cow » que « bad » Niko Bellic, du précédent hit de Rocktar Games, « Grand Theft Auto IV ». Une famille, avec femme, enfant et vaches, rien de tel pour vous remettre dans le droit chemin.
Leurs points communs : propension au machisme, biceps XXL, haine des aliens et amour des pétoires. Mais si Duke Nukem appartient déjà au retrogaming, Marcus Fenix, lui, va continuer de découper du vilain Locuste dans « Gears of Wars 3 » (sur Xbox 360) en avril prochain. Et pas forcément en suivant les pointillés.

Donkey Kong ou la loi de la jungleSnake et Sam Fisher, champions des coups en douceSamus Aran, du power dans un corps de girlKratos et Agent 47,les Monsieur PropreRyu Hayabusa et Dante, fines lamesJohn Marston, lonesome cowboyMarcus Fenix et Duke Nukem, gros bras