Uwe boll, un réalisateur pris en horreur

caroline vié

— 

Avec ses adaptations de jeux, l'Allemand a détroné Ed Wood de son titre de pire cinéaste.
Avec ses adaptations de jeux, l'Allemand a détroné Ed Wood de son titre de pire cinéaste. — WENN / SIPA

On l'a surnommé le « Master of Error », mais Uwe Boll n'en a cure. Ce cinéaste allemand, qui a détrôné Ed Wood de son titre de plus mauvais réalisateur du monde, s'est fait une spécialité des adaptations de jeux vidéo qui feraient passer le film Super Mario Bros pour un classique du 7e art. Côté jeux, Boll aime ceux qui rentrent dans le tas, plus « Alone in the Dark » que « Pacman ». Plus il y a de gros durs, de gros flingues et de gros seins, mieux c'est ! Rajoutez vampires et zombies et notre homme sera comblé. Ses films, à découvrir fissa, ne sont distribués qu'en vidéo comme BloodRayne adapté du jeu éponyme et King Rising, inspiré de « Dungeon Siege », édités par 20th Century Fox.

« Un homme de défis »
Uwe réserve un traitement de choc à ceux qui n'apprécient pas sa filmographie. En 2006, il a défié quatre critiques à la boxe sur un ring de Vancouver. La raclée a peut-être calmé les plumitifs, mais pas les détracteurs du cinéaste. Une pétition(1) le supplie de mettre fin à sa carrière. Plus de 350 000 internautes, fans de cinéma d'horreur et de jeux vidéo, l'ont déjà signée.
Uwe a déclaré qu'il ne prendait sa retraite que quand les demandes dépasseraient le million. En attendant, il poursuit son chemin au pays du gore qui tache et des acteurs qui en font des caisses tels Ray Liotta ou Jason Statham. Rire d'Uwe Boll est tentant, mais il ne faut pas oublier que le ringard d'aujourd'hui ­peut devenir le cinéaste culte de demain. Une autre pétition(2) a ainsi réuni plus de 7 000 signatures pour soutenir le réalisateur. « C'est un homme de défis dont les tournages deviennent un laboratoire d'expérimentation pour tirer le meilleur parti de ses budgets », précise Jacques Olivier Molon, un Français qui vient de signer les effets spéciaux de Blood­Rayne 3. Les vingt-quatre jours de tournage marathon n'ont pas non plus effarouché la maquilleuse Bérengère Cortaix. « Uwe aime que les choses aillent vite, sinon il s'ennuie. Il adore les paris et n'arrête pas d'en faire avec acteurs et techniciens. » Son pari ultime serait de gagner le respect des cinéphiles avec des œuvres personnelles comme le drame carcéral Stoic (2009), témoignant du côté nihiliste de ce provocateur-né.

resident evil

Paul W.S. Anderson persiste et signe avec une nouvelle version de Resident Evil : Afterlife. Ce fim d'action horrifique permettra de suivre les aventures de Milla Jovovich et de ses potes morts-vivants en 3D dès le 22 septembre prochain.