Nina Dobrev de «Vampire Diaries»: «la série parle de l'amour, celui que nous désirons mais qui nous fait peur»

INTERVIEW Rencontre avec les plus beaux yeux noirs de la télé...

Propos recueillis par Anne Kerloc'h
— 
VILLARD/NIVIERE/SIPA

De notre envoyée spéciale au TV Festival de Monte Carlo

Stefan et Damon, deux frères, seraient prêts à des duels de canines pour les yeux noirs de Nina Dobrev dans Vampire Diaries, série de la chaîne américaine CW qui sera programmée sur Canal+ Family, puis sur TF1 en deuxième fenêtre. L'actrice américaine d'origine bulgare interprète Elena, l'héroïne, mais aussi la vampire Katherine, autre aimée des frères, surgie des siècles passés. 20minutes.fr l'a rencontrée au TV festival de Monte Carlo.

«Twilight», «True Blood», les vampires sont sur tous les écrans. Dans cette profusion, quelle est l'originalité de Vampire Diaries selon vous?

C'est un peu comme les pommes et les oranges: ce sont des fruits, délicieux, appétissants, mais ce sont des fruits différents. Twilight est un film, True blood une série plus risquée (en français). Vampire Diaries, comme Twilight, parle d'histoire de vampire dans un milieu adolescent, teenager, mais dès le second épisode, on voit tout de suite que le vrai sujet, c'est la ville, cette petite ville avec ceux qui se sentent à part, exclus. Les vampires, êtres surnaturels, qui ressentent les choses avec cent fois plus d'acuité que les humains, permettent d'appréhender différemment tout ce qui se passe dans la ville.

Diffusée sur CW et Canal+ Family, la série vise plutôt les ados?

Je suis définitivement convaincue que son audience est beaucoup plus large. Tous les quadras ou quinquas me disent «écoutez, je n'ai pas quatorze ans, je ne suis pas dans la cible mais pourtant, j'adore votre série, je suis addict!». Plus généralement, la série parle de l'amour, celui que nous désirons mais qui nous fait peur, de l'autre que nous n'arrivons jamais à cerner complètement, de nous même qui ne savons par parfois exactement qui nous sommes, des relations humaines, de sexe, de mort...

Pouvez vous nous parler de la saison 2?

Je ne peux vraiment rien dire, le show est en écriture... Je sais juste à quel moment de l'histoire nous allons commencer la saison deux... puisque je sais à quel moment nous avons achevé la saison 1!

Vous jouez l'héroïne, Elena, mais aussi son sosie vampirique, Katherine. Qu'est ce que vous appréciez le plus dans chacun de ses deux rôles?

On peut difficilement faire des personnes plus différentes qu'Elena et Katherine. Elena est une douce «girl next door», avec ses fêlures qui doit faire face à la mort prématurée de ses parents, avoir des responsabilités d'adulte. C'est un peu un pilier pour plusieurs des personnages de la série. Je la trouve courageuse. Katherine, c'est plutôt le genre femme surpuissante, invincible, qui tient l'éternité dans sa main, pense que le monde est son terrain de jeux et que les autres sont un buffet de fruits de mer à volonté.

De fruits de mer?

Allez, n'importe quel buffet de nourriture! Plus sérieusement, je n'espère pas ressembler à Katherine, même si je l'interprète avec passion.