Röyksopp irradie au soleil de minuit

© 20 minutes

— 

Bidouilleur d’atmosphères sur des machines à rythmes antédiluviennes et des logiciels de pointe, Röyksopp continue de jeter les fondations de son univers électro-pop. This Understanding, deuxième album du duo norvégien, a l’architecture d’un solarium. Ouvert sur le ciel et cerné de quatre murs, aérien et maîtrisé. « Ce disque est un reflet de nos désirs d’été et de nos rêves d’espace, explique Svein Berge, 29 ans. Nous aimons poser des passerelles entre des sentiments contradictoires, faire en sorte que notre musique soit à la fois joyeuse et triste.» Leur précédent opus, l’intrigant Melody A.M.,avait révélé leurs influences, d’Erik Satie à Vangelis en passant par Kraftwerk, soit « la musique classique, les pionniers de la musique électronique, l’ambient et la house ». Dans la foulée, une tournée et des remixes (pour Felix Da Housecat et Coldplay, entre autres) leur a permis d’élargir leur audience auprès des fans de rock et des clubbeurs. This Understanding lorgne d’ailleurs largement du côté des dancefloors. Röyksopp a également invité de nouvelles voix sur ses compositions. Comme Chelonis R. Jones avec sa « touche plus soul » sur 49 Percent ou Karin Dreijer sur le très new wave What Else Is There, aussi futile qu’euphorisant. Joël Métreau