L’humour coule à flots dans « Ta bouche »

© 20 minutes

— 

« Quoi de plus charmant qu’un petit amant ? C’est facile comme entretien, ça ne consomme presque rien... » Le constat sort de Ta bouche, opérette balnéaire reprise depuis le début de la semaine au Théâtre de la Madeleine (Paris 8e) et dans laquelle swingue la très inventive Compagnie des Brigands. Parents, enfants et domestiques : trois couples et beaucoup de possibilités à Truc- sur-Mer ou Pouic-les-Flots ! Argent, arrangements, amants... c’est avec une liberté jouissive et sans le moindre scrupule qu’ils profitent des plaisirs de la vie. Apparemment, on avait l’esprit canaille et la main leste en 1922 ! Un hédonisme jubilatoire que l’on doit au trio Yvain, Mirande et Willemetz et que le jeune Stéphan Druet met en scène avec humour et gourmandise. On sent l’acidulé du bonbon et le pétillant du champagne. Tour à tour perfides, coquins ou délurés, les chanteurs excellent et jubilent en scène, portés par l’énergique direction musicale de Benjamin Lévy. S’il ne fallait garder qu’une performance, retenons celle, irrésistible, du baryton Gilles Bugeaud en Duc du Pas de Vis. « Ah ! Quel truc/Que ce truc de duc/Quel truc que ce duc. » On en rit encore... Charlotte Lipinska