Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
SALe IMAGEUn rappeur consacre un titre aux Vosges, « car on peut y être très heureux »

Nancy : Un rappeur consacre un titre aux Vosges, « car on peut y être très heureux »

SALe IMAGE
Faits divers, climat… Les Vosges souffrent souvent de clichés peu flatteurs. Dans « 88Spleen », le rappeur Lobo EL défend le département de ses grands-parents
Lobo EL en 2021 (illustration).
Lobo EL en 2021 (illustration). - Marie D'Emm / Marie D'Emm
Thibaut Gagnepain

Thibaut Gagnepain

L'essentiel

  • Un rappeur a consacré un titre au département des Vosges, « 88Spleen ».
  • « Je ne fais le porte-parole de qui que ce soit. Je n’ai pas appelé le Conseil général ou personne d’autre. Ce n’est pas une description mais simplement une pensée à mes Vosgiens qui ne sont pas mis sur la carte », précise Lobo EL.
  • « Je ne dis pas que le département est formidable mais qu’on y fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Mais la région est belle, on peut y passer ses vacances », ajoute encore Lobo EL.

Le suicide du jeune Lucas, la découverte du corps de Rose… Deux actualités sordides ont de nouveau attiré la pire des lumières sur les Vosges ces dernières semaines. « Et l’affaire du Petit Grégory est loin d’être oubliée quarante ans après », ajoute Lobo EL. Le rappeur originaire de Nancy ne le nie pas : des clichés peu flatteurs collent régulièrement à ce département du Grand-Est.

Mais l’endroit ne peut être réduit uniquement réduit à ça. Il le connaît, lui qui avait l’habitude, plus jeune, d’y passer « des jours fériés et des week-end » chez ses grands-parents. Alors le champion du monde d’impro rap « End Of The Weak » 2019 a eu l’idée d’écrire « 88Spleen » où il donne « [son] point de vue sur les Vosges ».

« Je ne fais le porte-parole de qui que ce soit. Je n’ai pas appelé le Conseil général ou personne d’autre. Ce n’est pass une description mais simplement une pensée à mes Vosgiens qui ne sont pas mis sur la carte », précise Lobo EL en dénonçant un rap souvent très centré sur les grandes métropoles, comme Paris ou Marseille. « On parle rarement des bleds et de la campagne. Là je voulais le faire, sans tomber dans le Kamini (l’auteur de « Marly-Gomont ») ! »

« On connaît moins l’palmier que les platanes »

« Désert sentimental, c’est pas le Nevada, mais y’a des falaises à dévaler/au pied de l’édifice j’apporte mes graviers/j’ai pas la baraque à la plage, pas la baraque et pas la baraka tout court/le sang-froid dans les discours comme si j’étais né à Mirecourt », écrit notamment celui qui vient de sortir son sixième EP solo, « Iceberg ». Ou encore : « Des histoires bre-som y’en a pléthore, on connaît moins l’palmier que les platanes/l’hiver est glacial, l’été le soleil nous zlatane »

Soit des paroles qui décrivent ces Vosges à lui, sans vouloir les embellir. « Je ne dis pas que le département est formidable mais qu’on y fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Mais la région est belle, on peut y passer ses vacances et y être très heureux », ajoute encore Lobo EL sans avoir l’ambition d’en changer l’image. « Ce serait ambitieux. Mais si certains sourient en entendant le nom de leur ville dans un titre de rap alors qu’ils ne s’y attendaient pas, ce sera déjà bien. »

Avis aux habitants de Mirecourt, Thaon, Raon, Vittel ou Epinal, on parle de vous…

Sujets liés