Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
artL’ombre nazie plane sur une vente de bijoux d’exception à Genève

Enchères : L’ombre nazie plane sur une vente de bijoux d’exception à Genève

art
Il s’agit de l’une des plus grosses ventes aux enchères de ces dernières années
Un des bijoux les plus célèbres de la vente aux enchères
Un des bijoux les plus célèbres de la vente aux enchères  - SALVATORE DI NOLFI/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Des centaines de bijoux de la milliardaire autrichienne Heidi Horten sont proposés en mai par la maison Christie’s, mais des organisations réclament la suspension des enchères en raison des liens de son mari avec les nazis.

Le Centre Simon Wiesenthal, spécialisé dans la traque des anciens nazis, s’oppose à la vente bien qu’elle doive bénéficier à des œuvres de charité parce que Helmut Horten a bâti sa fortune en Allemagne sous le parti Nazi dont il a été membre pendant un temps.

Des millions à l’origine trouble

L’une des pièces maîtresses de cette collection de 700 bijoux qui fut en possession de Helmut Horten (1941-2022) est une bague Cartier sertie d’un rubis « sang de pigeon » de 25,59 carats, estimée entre 15 et 20 millions de dollars, a indiqué Rahul Kadakia, directeur international pour la joaillerie chez Christie’s, lors de la présentation lundi.

« Nous avons aussi le ''Briolette d’Inde'' », un diamant de 90,36 carats « de couleur D, la plus blanche, estimé entre 10 et 15 millions de dollars », rattaché à un collier formé d’une myriade de petits diamants blancs, a-t-il ajouté. Ce diamant briolette avait été acquis par Cartier en 1909, avant d’être vendu au banquier George Blumenthal en 1911 puis au joaillier Harry Winston en 1946, puis prétendument vendu à un maharaja un an plus tard. Rachetée ensuite à plusieurs reprises, elle a été acquise par Helmut Horten en 1971.

Des ventes espacées

Cette collection « tout à fait extraordinaire » est évaluée entre 150 et 200 millions de dollars, selon Rahul Kadakia. « La dernière fois que Christie’s a organisé une vente aux enchères d’un tel niveau, c’était en 2011, lorsque nous avons vendu la collection d’Elizabeth Taylor, qui a rapporté environ 145 millions de dollars en deux jours, et il y avait 400 bijoux », a-t-il fait valoir. Cette fois, « afin de ne pas avoir autant de bijoux sur le marché en même temps », les ventes ont été espacées.

Ainsi, 300 lots sont proposés en ligne du 3 au 15 mai, moins de 100 seront dispersés en salle le 10 mai, 150 le 12 mai, et environ 300 autres en ligne en novembre. Selon le classement Forbes, la fortune de Helmut Horten, décédée en juin 2022, s’élevait à 2,9 milliards de dollars.

Fuite des propriétaires juifs en 1936

Mais l’origine de la fortune de son mari, qui possédait l’une des plus grandes chaînes de grands magasins en Allemagne, a suscité des critiques. En 1936, trois ans après l’accession d’Adolf Hitler à la chancellerie allemande, il avait repris la société textile Alsberg après la fuite de ses propriétaires juifs, avant de reprendre plusieurs autres magasins appartenant à des juifs avant la guerre.



Il a par la suite été accusé d’avoir profité de l' » aryanisation » des biens juifs (mesures de spoliation visant à transférer la propriété d’entreprises détenues par des personnes d’origine juive). Ces derniers jours, le Centre Simon Wiesenthal et le Comité juif américain ont appelé Christie’s à suspendre la vente.

« Nous sommes convaincus que la vente fera le bien »

« Ne récompensez pas ceux dont les familles ont pu s’enrichir grâce à des Juifs désespérés ciblés et menacés par les nazis », a plaidé dans un communiqué le rabbin Abraham Cooper, un des responsables du centre Simon Wiesenthal. Mais la maison d’enchères a accepté de l’organiser car « tous les produits de la vente iront à des œuvres de bienfaisance, (…) et Christie’s fait séparément un don important en faveur de la recherche et l’éducation sur l’Holocauste », a expliqué Rahul Kadakia. « Nous sommes donc convaincus qu’en fin de compte, le produit de la vente fera le bien ».

Pour le Comité juif américain, cela ne suffit pas : la vente doit être suspendue « jusqu’à ce qu’un effort sérieux soit fait pour déterminer quelle part de cette richesse est issue de victimes nazies », en vue de la restituer aux survivants et à des programmes éducatifs.

Sujets liés