Le retour en flamme du rock des années 90

VIDEORAMA Pavement, groupe de rock mythique des années 90, s'est reformé – au moins – le temps d'une tournée, de passage à Paris vendredi. Il n'est pas le seul à tenter un come-back, au moins temporaire: les Libertines, Rage against the machine, les Pixies, les Smashing Pumkins, Soundgarden... y passent aussi. Pour le plaisir de leurs fans, ou pour des raisons plus bassement matérielles. Tour d'horizon...

Capucine Cousin

— 

Les Libertines (de G à D, Cart Barat, Pete Doherty et John Hassall) en concert improvisé après avoir annoncé lors d'une conférence de presse la présence du groupe aux festivals de Leeds et Readings à l'été 2010, Londres, le 31 mars 2010.
Les Libertines (de G à D, Cart Barat, Pete Doherty et John Hassall) en concert improvisé après avoir annoncé lors d'une conférence de presse la présence du groupe aux festivals de Leeds et Readings à l'été 2010, Londres, le 31 mars 2010. — AP / SIPA

Pavement: les papes du low-fi

Groupe de rock mythique des années 90, connu pour leur low-fi (des méthodes d'enregistrement primitives destinées à produire un son sale) ont annoncé leur reformation il y a quelques mois, pour quelques concerts – pas de nouvel album de Pavement prévu pour le moment -, avec une seule date en France, le 7 mai au Zénith de Paris.

Dix ans après Terror Twilight, le dernier album du groupe, Steven Malkmus laisse de côté au moins temporairement - sa carrière solo pour une dernière tournée mondiale, et un passage dans les grandes villes européennes.

Pour mémoire, «Shady lane», clip réalisé par le cinéaste Spike Jonze en 1997:

Libertines: Au complet… pour deux festivals

Le groupe de Liverpool, qui avait révolutionné le rock indé au début des années 2000, se reforme le temps des festivals de rock estivaux en Grande-Bretagne, en août prochain. Soit les festivals de Reading (sud) et Leeds (nord), deux des principaux rendez-vous rock de l'été au Royaume-Uni, a annoncé le NME.

Si tout va bien, il réunira les membres d’origine, Pete Doherty, Carl Barat, le bassiste John Hassall et le batteur Gary Powell. Ses deux anciens leaders, Pete Doherty et Carl Barât, ont pourtant emprunté des voies musicales différentes, après des brouilles mémorables, notamment dûes aux addictions de Pete Doherty. Lequel a reformé un groupe, Babyshambles, tandis que Carl Barât a sorti un album.

Un de leurs premiers coups d’éclat, «Can’t stand me now» (2004) :

… Et leurs concurrents, les Strokes

Autres chouchous de la presse musicale du début des années 2000, souvent opposés par les médias aux sales gosses des Libertines, les Strokes – pour leur part de jeunes gens de bonnes familles – prépareraient aussi leur come-back. S’ils ne se sont jamais séparés officiellement, malgré une «pause» annoncée en 2007, cela faisait quatre ans que le prochain album du groupe new-yorkais se faisait attendre. Et ce serait pour cette année, à en croire des vidéos rassurantes de répètes enregistrées dans leur studio…

Entre-temps, chacun de leurs membres a sorti au moins un album solo, dont Julian Casablancas, Albert Hammond Jr, Fabrizio Moretti, et Nikolai Fraiture (sous le pseudo de Nickel Eye).

Pour mémoire, leur tube «You only live once» (2006):

The Strokes: "You Only Live Once" - HD from Warren Fu on Vimeo.

 

Les Pixies: tournées – compilations

Reformé sur le tard en 2004, le groupe né en 1986, connu pour sa richesse mélodique, a affiché clairement ses motivations pécuniaires, après une séparation houleuse en 1993… Depuis sa reformation, il a enchaîné les tournées, sans nouvel album. Et a carrément organisé, l’an dernier, une tournée dédiée au vingtième anniversaire de son album-culte Doolittle.

Pour mémoire, son tube «Hey» (1989):

Les Smashing Pumpkins: un album-concept de 44 titres

Fondé en 1987 à Chicago, le groupe de rock s’est séparé en 2000 avant de se reformer en 2006. Si le très charismatique chanteur / auteur / compositeur et guitariste Billy Corgan y est toujours, deux de ses membres historiques, James Iha et D'Arcy Wretzky, ont été remplacés, ainsi que le batteur Jimmy Chamberlin en 2009. Initiative originale, le groupe propose son huitième album (44 morceaux tout de même), «Teargarden by Kaleidyscope», exclusivement en téléchargement gratuit sur son site. Les chansons sont diffusées au fur et à mesure de l’enregistrement.

«Tonight, tonight» (avril 1996)

Rage against the machine : la rage, toujours

Connu pour sa musique, une fusion de métal, de rap et de funk, ses paroles revendicatives, il a aligné des tubes emblématiques comme «Bombtrack», Rage against the machine, fondé à LA en 1990, s’est dissous en 2000. Avant de se reformer en janvier 2007… pour le festival de Coachella. Dès lors, ils ont enchaîné festival et concerts, et remplissent de nouveau Bercy à Paris le 4 juin 2008. Entre les paroles signées de La Rocha et les effets de guitare de Morello, ses hymnes engagés contre le racisme et la mondialisation sont toujours là.

«Bombtrack» (1991)

De Soundgarden aux Nudedragons, le temps d’un concert

Créé en 1984 à Seattle par le chanteur Chris Cornell, le guitariste Kim Thayil et le bassiste Hiro Yamamoto, le groupe de rock a été un des initiateurs du mouvement grunge, au même titre que Nirvana ou Alice in chains. Malgré le succès de son album de 1994 Superunknown, le groupe s’est séparé en 1997. Après un long silence, à peine marqué par quelques tentatives solos, le groupe s'est reformé cette année sous le nom de "Nudedragons" (anagramme de Soundgarden) le temps d’un concert, le 16 avril 2010 à Seattle. Reste à voir si cette tentative se pérennisera…

Pour le plaisir: «Rusty Cage» (1992)

Blink-182: de retour, à Rock en Seine cette année

Le groupe de punk rock californien, né en 1992 et dissous en 2005, connaît une seconde vie depuis sa reformation en février 2009: il a effectué une tournée de près de 40 concerts, et un nouvel album est en préparation pour cette année. Mieux, ils viennent d’être confirmés au festival Rock en Seine, le 27 août 2010.

Un de leurs tubes, «All the small things» (1999)

Cramberries: retour sur scènes depuis 2009, le 31 mai à Paris

Très populaire dans les années 90, un rien catho de par la personnalité de sa chanteuse (à la voix haut perchée) Dolores O’Riordan, le groupe de rock irlandais né en 1989 s’est de facto dissous en 2003. Mais le groupe est revenu sur le devant de la scène fin 2009 avec une tournée américaine et européenne, qui doit se prolonger jusqu'à l'automne 2010. Les quelques couacs dans sa tournée française devraient être corrigés ces prochaines semaines. Le groupe est notamment reprogrammé au Zénith de Paris le 31 mai, puis à Tours, Montpellier, Pau, Limoges, Rennes, Rouen, Amiens et Nice.

«Zombie» (1994)

Limp Bizkit: le pimp-rock est toujours là

A l’origine d’un nouveau genre, le nu metal américain (ou «Pimp-Rock» selon eux-mêmes), le groupe Limp Bizkit, né en 1994 à Jacksonville (Floride) mélange hip-hop et metal. Quelques énormes succès commerciaux lui permettent d’occuper le devant de la scène, comme le titre «Take a look around», issu de la bande originale du film Mission Impossible 2 en 2000.

Après quelques flottements ces dernières années, le groupe a inauguré sa seconde vie cette année avec un nouvel album, Gold Cobra. Une tournée mondiale devrait s’ensuivre, avec deux dates annoncées en France cette année, le 8 septembre 2010 à l'Olympia et le 9 septembre à la Halle Tony Garnier de Lyon.

«Take a look around» (2000)