Rennes : Le rappeur Freeze Corleone et ses propos jugés antisémites sera-t-il déprogrammé du Boomin Fest ?

MUSIQUE Lundi soir, l’élu d’opposition Charles Compagnon a dénoncé la présence de l’artiste programmé au prochain Boomin Fest en mars 2023

Camille Allain
— 
Extrait du morceau "Hors Ligne" de Freeze Corleone (au centre). Le rappeur doit être programmé en mars à Rennes.
Extrait du morceau "Hors Ligne" de Freeze Corleone (au centre). Le rappeur doit être programmé en mars à Rennes. — Capture d'écran YouTube Capture d'écran YouTube
  • La programmation du rappeur Freeze Corleone à Rennes fait l’objet de critiques de la part d’élus d’opposition.
  • L’artiste a déjà été au coeur d’une controverse en raison de ses textes parfois jugés antisémites.
  • Son concert prévu à Montréal le 4 décembre avait été annulé après les plaintes d’associations. La maire de Rennes a également demandé que la programmation du festival Boomin Fest soit revue.

C’est par un message d’une Rennaise que l’alerte est arrivée sur le bureau des élus du groupe d’opposition Libres d’agir. D’après son leader Charles Compagnon, la femme s’étonnait de voir Freeze Corleone être programmé pour une soirée hip-hop organisée le 18 mars 2023 au Liberté dans le cadre du Boomin Fest. Tête d’affiche de cette deuxième édition, le rappeur est critiqué pour certains de ses textes, jugés antisémites. « Il fait l’apologie d’Adolphe Hitler et du IIIe Reich », a dénoncé l’élu en conseil municipal lundi soir.

En 2020, la Licra avait déjà épinglé les textes controversés du rappeur né en région parisienne. « J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 1930 », « tous les jours RAF [rien à foutre] de la Shoah » ou encore « comme des banquiers suisses, tout pour la famille pour que mes enfants vivent comme des rentiers juifs », peut-on notamment entendre dans certains morceaux. Ces propos avaient débouché sur l’ouverture d’une enquête, et la maison de disques Universal France avait lâché le rappeur. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait également demandé à ses services d’étudier les recours juridiques. Depuis, le rappeur basé au Sénégal n’a fait l’objet d’aucune condamnation.

Un concert à Montréal annulé sous la pression

Récemment, sa programmation à l’Olympia de Montréal avait été dénoncée par l’association B’nai Brith Canada, qui se présente comme « la plus vieille organisation juive toujours en activité dans le monde ». « La rhétorique de Corleone va bien au-delà des limites de l’expression artistique », avait dénoncé le directeur de B’nai B’rith cité par Radio Canada. Le concert prévu le 4 décembre avait finalement été annulé. En sera-t-il de même à Rennes ? C’est en tout cas ce que demande l’élu Charles Compagnon. « A Rennes, nous allons accueillir cette personne ? L’incohérence, c’est d’un côté, de faire devoir de mémoire avec les anciens combattants, le 8 mai, pour célébrer la victoire des Alliés sur le nazisme […] et d’un autre côté recevoir ce Freeze Corleone. Dans l’action politique, il y a des lignes rouges qui ne doivent pas être franchies. Pour notre groupe, la venue de ce chanteur est clairement une ligne rouge. Et vous, madame la maire, où situez-vous votre ligne rouge ? », a interrogé l’élu d’opposition.


La maire Nathalie Appéré a reconnu avoir découvert la programmation du rappeur « la semaine dernière ». L’élue socialiste souhaite contacter Citedia, société publique qui gère la salle du Liberté, où le festival doit se tenir en mars « pour que cette programmation soit revue ». La maire estime que les propos de Freeze Corleone « ne sont pas acceptables », tout en rappelant l’absence de condamnation.