« Les odyssées » : Laure Grandbesançon emmène ses héroïnes de la voix à la scène

spectacle Le célèbre podcast pour enfants (mais pas que) « Les odyssées » connaît une déclinaison en livre et en spectacle, à Paris

Benjamin Chapon
Laure Grandbesançon et Baptiste Belaïd dans le spectacle Les Odyssées au Théâtre Libre, à Paris
Laure Grandbesançon et Baptiste Belaïd dans le spectacle Les Odyssées au Théâtre Libre, à Paris — J.Penninck
  • Le podcast pour enfants Les odyssées est adapté à la scène et en spectacle.
  • C’est un retour aux sources pour sa créatrice, Laure Grandbesançon, qui a eu une formation théâtrale avant de découvrir la radio.
  • « Dès le début des Odyssées, je voulais impressionner les enfants, qu’ils aient vraiment peur, qu’il y ait des rebondissements, du suspense », explique Laure Grandbesançon.

C’est comme si elle rejoignait, après un beau voyage, son Ithaque. Laure Grandbesançon, créatrice du podcast Les odyssées, adapte les aventures audio de ses personnages historiques, à la scène. Au Théâtre libre, à Paris, elle raconte les aventures de Jeanne Barret la première femme qui a fait le tour du monde, Howard Carter, découvreur du tombeau de Toutankhamon, et des trois astronautes de la mission Apollon 13.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Les Odyssées, il faut s’imaginer des récits d’un quart d’heure, extrêmement vivants et mis en son avec dynamisme et humour. Depuis trois ans, le succès est colossal pour ces podcasts destinés aux enfants, mais écoutés avec plaisir par les parents.

La voix dans les voiles

La clé du succès des Odyssées est sans aucun doute le sens de la narration de leur créatrice, Laure Grandbesançon, qui fait gonfler de sa voix haut perchée et archi expressive, les voiles de l’aventure. « Avant la radio j’ai fait du théâtre, c’est ancré en moi. Et la dimension théâtrale des Odyssées, elle est là dès le début. »



Qu’elle raconte l’odyssée immobile de Robinson Crusoé, les découvertes scientifiques de Marie Curie ou les aventures de Sinbad, Laure Grandbesançon le fait toujours à grand renfort de tour de passe-passe narratifs et rocambolesques. « Dès le début des Odyssées, j’ai voulu que l’empreinte sonore soit extrêmement forte. Je voulais impressionner les enfants, qu’ils aient vraiment peur, qu’il y ait des rebondissements, du suspense. Bref que ce soit aussi riche que ce qu’on propose aux adultes. »

Radiographie d’une aventure

Le succès du podcast a permis une déclinaison en livre (le second tome, splendide, vient de paraÎtre aux éditions Les arènes) et, maintenant, avec un spectacle jusqu’au 1er janvier 2023. « Les choses sont venues les unes après les autres, tout simplement. On a lancé le podcast en juin 2019, et ça pas mal pris… Ensuite, il y a eu l’adaptation en livre, et maintenant le spectacle, voilà » raconte Laure Grandbesançon avec beaucoup moins d’emphase que quand il s’agit de narrer les aventures des autres.


Laure Grandbesançon et Baptiste Belaïd dans le spectacle Les Odyssées au Théâtre Libre, à Paris
Laure Grandbesançon et Baptiste Belaïd dans le spectacle Les Odyssées au Théâtre Libre, à Paris - J.Penninck


Pourtant, cette odyssée-là mérite qu’on s’y attarde. « J’ai fait plusieurs écoles de théâtre, pendant huit ans, j’ai joué dans des compagnies tout ça. La radio ? C’est arrivé par hasard. Je jouais Hernani avec une compagnie Hernani, on a fait une interview dans une webradio. C’est la première fois que je parlais dans un micro, et ça a été une révélation, ça a été hyper fort. Je me suis sentie dans mon élément. Puis, j’ai eu la chance de faire un stage à France Inter, chez Eva Bester, pour l’émission d’été Remède à la mélancolie. C’était incroyable. L’écriture, le montage, enregistrer les pistes… J’ai tout aimé dans la radio. »

« Je veux qu’il y en ait trop ! »

Le retour des Odyssées à la scène est donc tout naturel. « Le lien entre théâtre et radio, il y a belle lurette que j’y travaille. La radio est une scène pour moi, et d’ailleurs, avec ce spectacle, on garde un peu le même dispositif que le podcast, mais avec le public en plus, et deux ou trois autres trucs… », rigole Laure Grandbesançon.

Les « autres trucs », c’est une mise en scène et des numéros d’acteurs, à tendance circassienne.  « Radio France a contacté plusieurs producteurs de théâtre. Charlotte Saliou a amené le cirque Le Roux dans l’aventure. C’est très ambitieux et très beau, sa mise en scène. Elle a aussi une formation de clown… Ce spectacle rejoint la boulimie des Odyssées, que je conçois comme quelque chose d’hyper généreux, avec à boire à manger. C’est comme pour les livres, où j’ai voulu plein d’illustrateurs différents. Avec Les Odyssées, je veux qu’il y en ait trop ! »

33 tours et tours du monde

En plus du « trop », Les Odyssées apporte du neuf dans un paysage saturé de propositions de podcasts et autres boîtes à histoires audio pour enfants. « Je sais que l’offre est pléthorique, analyse Laure Grandbesançon. Mais il y a un lien traditionnel entre les enfants et le son. Moi j’ai grandi avec le CD du Petit Prince, d’autres c’est les 33 tours de Marlène Jobert. Avec Les Odyssées, je suis allé du côté des feuilletons radiophoniques, ces formats-là. »


Laure Grandbesançon et Baptiste Belaïd dans le spectacle Les Odyssées au Théâtre Libre, à Paris
Laure Grandbesançon et Baptiste Belaïd dans le spectacle Les Odyssées au Théâtre Libre, à Paris - J.Penninck

Et surtout, Laure Grandbesançon milite pour la diversité. « Les trois aventures qu’on a retenues pour le spectacle sont assez représentatives. Il y a l’aventure d’une femme qui se fait passer pour un homme pour faire le tour du monde, et qui dit quelque chose de l’histoire des femmes. Et puis pof, on frissonne en découvrant la tombe de Toutankhamon, qui a été notre premier épisode du podcast et celui qui suscite le plus de réactions. Et bam, on file sur Apollo 13, avec un enjeu dramatique très fort. Des femmes, des époques et des continents différents, des grands destins et des aventures collectives… Il me faut tout ça pour Les Odyssées. »