Décès de Pierre-Jean Rémy

CULTURE L'écrivain, diplomate, académicien, avait 73 ans...

Avec agences

— 

Pierre-Jean Rémy le 11 février 2008 à Paris
Pierre-Jean Rémy le 11 février 2008 à Paris — AFP/ S. DE SAKUTIN

L'écrivain et diplomate Pierre-Jean Rémy est mort, dans la nuit du 27 au 28 avril.  73 ans, presque autant de livres, il laisse vacante une chaise de l’Académie française- celle sur laquelle il s’était assis après Georges Dumézil, il y a 22 ans.
 
De son vrai nom Jean-Pierre Angremy, P.-J. R. écrivait tellement qu’il disait que son stylo écrivait tout seul. Son stylo avait été maintes fois récompensé: prix Renaudot en 1971 pour Sac du Palais d'Été; prix de la Nouvelle de l'Académie française en 1984 pour L'Orient-Express II grand prix du Roman de l'Académie française en 1986 pour Une Ville immortelle.
 
Il avait publié essentiellement des romans, pour beaucoup inspirés par ses expériences à l'étranger. Diplomate, il y avait passé beaucoup de temps: Hong Kong, Pékin (l'Asie et les écrivains français qui y ont vécu ont une influence décisive sur lui), Londres, Florence, Rome. En France, il avait présidé la BNF ou les Années France-Chine 2003-2005. Sa passion pour l’Opéra l’avait aussi conduit à travailler à la mise en place de la Cité de la Musique de la Villette ou à diriger l'équipe qui prépara le premier projet du nouvel Opéra de la Bastille.
 
Son dernier livre, Voyage présidentiel (Le Seuil), est paru début 2010.