« Lolita malgré moi » : Le 3 octobre, on regarde « Mean Girls », film culte de toute une génération

POP CULTURE Chaque année, le 3 octobre, le film pour adolescentes « Mean Girls » est célébré sur les réseaux sociaux. Retour sur un phénomène

Pauline Ferrari
— 
Chaque 3 Octobre, Internet célèbre le film culte pour ados "Mean Girls"
Chaque 3 Octobre, Internet célèbre le film culte pour ados "Mean Girls" — Capture d'écran Twitter
  • Presque vingt ans après sa sortie au cinéma, le film Mean Girls continue à être culte pour toute une génération de jeunes adultes
  • Tous les ans, le 3 octobre est considéré comme le #MeanGirlsDay sur les réseaux sociaux, où des extraits et citations du film sont allègrement partagés
  • Véritable comédie féministe et avant-gardiste, Mean Girls est un ovni dans la galaxie des teen movie du début des années 2000

Aujourd’hui, nous sommes le 3 octobre. Si cette date ne signifie rien pour vous, c’est que vous n’avez pas passé des heures à regarder les aventures (et autres crasses) de Cady, Regina et sa bande. Et que vous n’avez donc sans doute pas vu film Mean Girls, plus connu sous le nom de Lolita malgré moi en France.

Cette comédie réalisée par Mark Waters et écrite par l’actrice et humoriste Tina Fey a conquis les salles en 2004. L’histoire est assez simple : Cady Heron, après avoir passé toute sa vie en Afrique, atterit dans un lycée de l’Illinois. La petite nouvelle, incarnée par une des icônes des studios Disney, Lindsey Lohan, se retrouve alors à naviguer dans un nouvel environnement bien plus dangereux que le règne animal : les différents clans lycéens et leurs codes.


Rapidement, la comédie pour adolescentes deviendra un classique du genre, au même rang que Clueless ou 10 Things I Hate About You. Si bien que sur les réseaux sociaux, chaque 3 octobre, on célèbre le Mean Girls Day : l’occasion de repartager des extraits du film, mèmes et gif du film. La date choisie est liée à l’une des scènes du film, où on entend Cady expliquer en voix-off : « Avec la bénédiction de Regina, j’ai commencé à parler de plus en plus à Aaron. Le 3 octobre, il m’a demandé quel jour on était ». Une scène qui marquera le début des péripéties et des vengeances pour les héroïnes.




Pourquoi le film est encore culte, presque 20 ans après sa sortie ?

Il y a des films qui restent en mémoire plusieurs années après leur visionnage. Certes, ce ne sont pas toujours les Palmes d’or ou les plus grands films d’auteurs, mais ce sont souvent des films réconfortants, qui nous rappellent de bons souvenirs. Bande-son typique des années 2000, costumes iconiques ( « le mercredi, on porte du rose ») et un happy end à faire pâlir les plus grandes comédies romantiques : Mean Girls comprend tous les éléments d’un teen movie à succès.

Mais son attrait, y compris vingt ans après sa sortie, joue tant sur la nostalgie que sur la méchanceté pure des personnages représentés à l’écran. Le point de bascule du film repose sur une fête d’Halloween, « seule nuit de l’année où une fille peut s’habiller comme une traînée et les autres filles ne peuvent rien lui dire », où l’humiliation de Cady la transformera… en vraie mean girl.


Mean Girls sort en salle en 2004, la même année que le lancement de Facebook et le début du Web 2.0, dit web social par sa possibilité d’interaction. Dans les années qui suivront la sortie du film et sa diffusion, les extraits et citations du film envahiront la toile, dans des blogs, sur Facebook, Tumblr puis sur Twitter. « So Fetch », « I’m a mouse, duh », « On Wednesday we wear pink » … Autant d’expressions qui sont devenues incontournables en ligne.

Les nouvelles plateformes se développant, les fans ont commencé à les investir, créant des comptes Instagram et Tik Tok pour continuer à alimenter le succès du film, sans cesse (re) découvert par de nouveaux spectateurs de nouvelles générations. Au-delà de ses scènes cultes (et hilarantes), Mean Girls s’est hissé comme une référence pour de nombreuses jeunes adultes, et pour cause : dès sa sortie, le film a détonné des autres productions culturelles réservées aux ados de l’époque.

Mean Girls, teen movie féministe

De par son ton, Mean Girls est un ovni dans l’univers des teen movies du début des années 2000. Si les ingrédients de base y figurent (une romance, des péripéties, des personnages secondaires importants, une bande-son à succès, et un happy end, le tout dans un univers lycéen), Mean Girls a toujours été un peu en décalage.

Le film a été inspiré par un livre paru en 2002, intitulé Queen Bees and Wannabes et écrit par Rosalind Wiseman. Dans cet ouvrage destiné aux parents, l’autrice explique le fonctionnement lycéen des clans et bandes d’élèves, et comment survivre à ce « monde de filles ». Mauvaise estime de soi, jalousie, disputes pour obtenir la validation masculine et complexes physiques : en moins de deux heures, Mean Girls écume pas mal de sujets qui tourmentent les ados, le tout avec un ton corrosif et des blagues potaches. Ne serait-ce que par la description des « Plastiques », soit la sainte-trinité des filles populaires.


Tout au long du film, scène par scène, Mean Girls parle aux adolescentes des sujets qui les concernent, pour aller vers davantage de sororité entre les jeunes filles après de la méchanceté gratuite et des guerres de pouvoir. Malgré leurs différences de popularité, leurs physiques ou leur orientation sexuelle, elles sont réunies par le fait d’être des jeunes filles, dans une société qui leur impose toujours plus d’injonctions, et qu’elles finissent par s’imposer entre elles.

Déjà en 2004, on y discutait (et merci Tina Fey) troubles du comportement alimentaire, LGBTphobie, impact de la surconsommation sur la société américaine, racisme, ou encore absence d’éducation sexuelle dans les établissements scolaires. Des sujets inédits dans le paysage audiovisuel de l’époque, et d’autant plus dans les productions destinées aux adolescentes, qu’on a longtemps cru écervelées. Presque vingt ans plus tard, certaines choses n’ont pas changé : le succès de la diffusion de Mean Girls sur la plateforme Netflix montre qu’au-delà de la simple comédie adolescente, le film est entré dans la pop-culture.