Des nouveaux lecteurs grâce au numérique

LITTERATURE Christine de Mazières, déléguée générale du SNE, explique à 20minutes.fr pourquoi le livre numérique ouvre la lecture à un nouveau public...

Laure Beaudonnet

— 

Les livres numériques au Salon du livre 2010.
Les livres numériques au Salon du livre 2010. — SIMON ISABELLE/SIPA

Le salon du livre ferme ses portes ce mercredi, après cinq jours de rencontres et de débats avec les amoureux de la littérature. Une occasion de se remettre à la page sur l’intérêt des Français pour la lecture et surtout sur l’évolution que suppose le livre numérique, sujet qui a occupé de nombreuses tables rondes Porte de Versailles. Pour l’instant, une enquête initiée par le Centre National du Livre (CNL), dévoile des chiffres dérisoires. Les lecteurs de livres numériques ne concernent que 5% des Français. Mais le potentiel est plus important. Un tiers de la population serait susceptible de s’y mettre. Le livre numérique peut-il créer de nouveaux lecteurs?
 
Sans aucun doute. Pour l’heure, ce format demeure très classique, «mais d’ici très peu de temps, il aura une plus-value du même type que les bonus des DVD», assure Christine de Mazières, déléguée générale du Syndicat National de l’Edition (SNE) à 20minutes.fr. Ce qui le rendra bien plus attractif aux yeux des consommateurs. 

Les férus de technologie

Non seulement, le livre numérique a toutes les chances de créer de nouveaux lecteurs, mais il devrait conforter son public d’origine. Il promet l’avènement d’une coexistence des deux marchés. A priori, les premiers à s’enfoncer dans la brèche seront les «petits» lecteurs férus de nouvelle technologie. Ceux qui lisent peu et qui pourraient s’y mettre grâce aux possibilités qu’offre ce format. Mais pas seulement. «Ce support permet aussi une lecture nomade et les grands voyageurs pourraient bien y plonger», promet Christine de Mazières. Sans oublier tous les gens qui ont une déficience de la vue. Les caractères ne seront plus un obstacle puisque le numérique offre la possibilité de lire en gros. Déjà une belle fourchette de nouveaux venus dans le monde des livres.
 
Le format ouvre à une infinité de possibles. «Au Japon, on a vu des mangas avoir un tel succès en numérique que les maisons d’édition ont décidé de les sortir en papier ensuite», raconte-t-elle. Des passerelles entre l’univers numérique et celui du papier vont se faire. Et même si de nombreux lecteurs sont attachés à l’objet, ils seront contents de l’avoir dans les deux formats. Pour partir en voyage par exemple. «Le numérique touche moins la littérature que toutes les autres formes de livres: les mangas, les livres professionnels, les guides touristiques», précise-t-elle. Pour le moment, si le marché ne décolle pas, c’est en raison de la technologie, qui n’est pas complètement au point. Et du prix, encore trop élevé. Mais, le syndicat table sur un décollage du livre numérique dans les deux ans.