Salon du livre: une fréquentation en baisse

LITTERATURE Le Salon du livre ferme ses portes ce mercredi, un premier bilan de la manifestation...

Avec agence

— 

Le salon du livre de Paris, édition 2010.
Le salon du livre de Paris, édition 2010. — Y. VALAT / SIPA

Le Salon du livre de Paris, boudé par des poids lourds de l'édition et qui s'achève mercredi Porte de Versailles, a accusé pour son 30e anniversaire une baisse de 8% de sa fréquentation, en attendant un renouveau réclamé par la profession.

«Nous avons enregistré cette année une baisse de fréquentation de 8%, avec environ 190.000 entrées, contre 204.000 en 2009, mais il faut noter un record de participation du grand public aux séances de dédicaces et débats organisés avec les auteurs, qui seront reconduits l'an prochain », a souligné mercredi Serge Eyrolles, président du Syndicat national de l'édition (SNE) jusqu'au 24 juin.

L’édition de 2011 se tiendra toujours Porte de Versailles

Sa succession fait l'objet d'âpres discussions au sein du SNE alors que la profession fait face à la révolution du livre numérique, au coeur de nombreux débats au Salon. Cette année, 90 écrivains, dont 30 étrangers, étaient invités et quelque 25 pays représentés. «Le Salon se tiendra toujours Porte de Versailles en 2011. Ce sera du 18 au 23 mars, avec pour invités les pays nordiques» (Suède, Norvège, Finlande, Danemark, Islande), a précisé son commissaire Bertrand Morisset lors d'un point de presse.

Le projet d'un retour du Salon du livre au Grand Palais, au coeur de Paris mais dans un espace réduit des deux-tiers, était évoqué depuis deux ans. «Le Salon va évoluer, on ne peut pas rester sur une tendance baissière», a assuré M. Eyrolles. Le numéro un de l'édition française et numéro deux mondial, Hachette Livre (Lagardère), était quasiment absent du Salon cette année. D'autres éditeurs, comme Bayard, lui ont emboîté le pas.

Des ventes inférieures

«Le Salon reste positif, même si les ventes sont inférieures à celles de l'an dernier», a souligné à l'AFP Antoine Gallimard, PDG du groupe, qui va par ailleurs attaquer à son tour Google en justice pour contrefaçon. «Il faudra que le Salon l'an prochain soit plus vivant, plus interactif. Dans ces conditions, nous reviendrons», a confié à l'AFP Hervé de La Martinière, PDG des éditions La Martinière, qui a réduit la voilure de 30% cette année au Salon. Plus de 700 petits éditeurs étaient aussi présents et, pour eux, cette manifestation est incontestablement une vitrine de choix. Les chiffres officiels du Salon seront communiqués mercredi soir.