«Last Call»: l'horreur au bout du fil

CULTURE La chaîne allemande 13th Street crée un film d'horreur interactif...

L. B.

— 

Extrait du film d'horreur interactif Last Call.
Extrait du film d'horreur interactif Last Call. — no credit

Discuter par téléphone avec le héros d’un film, c’est possible. 13th Street, la chaîne de télé allemande du groupe NBC, conceptualise un nouveau type de film d’horreur fondé sur l’interaction. Testé au cinéma, le spectateur est invité à donner son numéro de portable avant la projection du court-métrage, Last Call, pour agir sur l’histoire et aider les protagonistes du film pendant la séance.

L’héroïne de l’histoire, poursuivie par un dangereux psychopathe, passe des appels pour obtenir des conseils. C’est là que le numéro de téléphone du public intervient. Grâce à un logiciel de reconnaissance vocale, le spectateur peut répondre aux personnages et changer le cours des événements.

Lorsque l'héroïne se confronte à une autre victime, ensanglantée, elle demande à son interlocuteur: «Qu'est-ce que je fais? Je l'aide?». Au public de décider si oui ou non, la jeune femme doit lui porter secours. Il l'oriente à gauche, à droite. Il lui ordonne de prendre les escaliers. L'atmosphère est d'autant plus angoissante que le spectateur est impliqué dans l'intrigue.

Le réalisateur, Jung Von Matt, et Film Deluxe ont imaginé une vingtaine de scénarios possibles pour faire face à un maximum de combinaisons. Plus de raison de se sentir honteux d’hurler «derrière toi!» à la victime maintenant!



 


>> Et vous? Voudriez-vous agir sur l’histoire d’un film d’horreur?