Polémique aux Oscars

CINEMA Un des producteurs de «Démineurs» a envoyé un mail l'Académie pour demander à ses membres de privilégier son film...

S. C.

— 

Les jeux sont faits aux Oscars avec la fin des opérations de vote du collège de l'Académie des arts et des sciences du cinéma, cinq jours avant la cérémonie des prestigieuses récompenses à Hollywood.
Les jeux sont faits aux Oscars avec la fin des opérations de vote du collège de l'Académie des arts et des sciences du cinéma, cinq jours avant la cérémonie des prestigieuses récompenses à Hollywood. — Don Emmert AFP/Archives

Aux Etats-Unis, on ne plaisante pas avec les Oscars. Le producteur français Nicolas Chartier l’a appris à ses dépens. Le producteur s’est fendu d’un mail aux membres de l’Académie pour leur demander de voter en faveur du film Démineurs, réalisé par Kathrynd Bigelow et qu’il a co-produit, et «pas pour un film de 500 millions de dollars».

Avatar visé

Une référence à peine voilée au film Avatar qui est aux coudes à coudes avec Démineurs, les deux films totalisant 9 nominations aux Oscars chacun.

Révélé, le mail de Nicolas Chartier a fait scandale et provoqué un «Lockergate» (du nom du titre original, The Hurt Locker). Le producteur a dû s’excuser publiquement, samedi, qualifiant son courrier électronique d'«inopportun et stupide». «Mon message était déplacé et étranger à l'esprit de célébration du cinéma que suppose cette remise de prix, écrit-il. C'était une erreur plus grande encore, personnelle et professionnelle, de vous demander de voter pour le film et de faire des commentaires sur un autre.»

Et le mea culpa continue. «Ma naïveté, mon ignorance des règles et ma complète stupidité, alors que je suis nommé pour la première fois (ndlr: l'Oscar du meilleur film est remis à ses producteurs), ne justifient pas mon comportement, que je regrette profondément», a-t-il ajouté.

Sanctions

Reste que son initiative malheureuse pourrait porter préjudice au film. Une porte-parole de l'Académie a refusé de dire si des sanctions allaient ou non être prises. Selon des spécialistes, ces éventuelles sanctions pourraient aller jusqu'au retrait pur et simple de Démineurs de la compétition.

Un coup de tonnerre auquel Hollywood ne veut pas croire pour l’instant, le film, qui a raflé pas moins de six récompenses lors des Bafta, la semaine dernière, étant le grand favori des Oscars, qui auront lieu le 7 mars prochain à Los Angeles.