LA différence avec les oscars, selon Harrison « Indiana » Ford

— 

Harrison Fordà la cérémonie des Césars.
Harrison Fordà la cérémonie des Césars. — LYDIE / NIVIERE / SIPA

Difficile de ne pas se sentir un peu complexé quand on regarde la cérémonie des Césars et qu'on pense aux Oscars. Après tout, les Américains ont Hugh Jackman (le Wolverine des X-Men) alors que nous passons la soirée avec Gad Elmaleh. Pourtant Harrison Ford, cité à l'oscar pour Witness en 1986 et lauréat d'un césar d'honneur samedi soir, défend la soirée frenchy : « Vous auriez tort de vous sentir mal à l'aise. J'ai trouvé les maîtres de cérémonie très drôles, même si je ne comprenais leurs blagues qu'après coup, quand j'entendais la traduction dans mon oreillette », nous a-t-il confié hier. Ford, c'est un sexagénaire distingué à la voix douce, mais aussi Indiana Jones et Han Solo. Des rôles de baroudeurs et un avis qui ne compte pas pour du beurre.

« Les Français se prennent moins au sérieux que les Américains. Et puis, il y avait des robes qu'on ne pourrait pas porter à la télévision chez nous. » Ford admet, en français dans le texte, avoir trouvé certaines interventions « bizarres », mais, poli, il refuse de s'étendre sur le sujet. Son prix l'a comblé bien qu'il ne s'explique pas pourquoi on a pensé à lui. « Les Français, très intellectuels, sont paradoxalement décomplexés par rapport aux divertissements surtout quand ils viennent des Etats-Unis. Chez moi, on me dit que je suis une icône populaire, mais il n'existe pas de récompense dans cette catégorie. Je n'aurais probablement jamais d'oscar, mais je suis fier de mon césar. » W

C. V.