tambour et trompette en sourdine pour les victoires

— 

« Je tiens à dédier cette Victoire à mon maître Machin Bidulovitch et à mon répétiteur Trucmuche Chouettopez. » Le grand public n'y entend souvent pas grand-chose en musique classique. Mais quand il s'agit de se fader les séances d'autosatisfaction du milieu, lors de la cérémonie dédiée des Victoires*... « C'est une occasion unique dans l'année d'entendre de la musique classique, plaide l'organisateur, Alain Lanceron. Cette année, nous avons voulu mettre le maximum de musique et le minimum de paroles. ». A savoir : « On garde les codes, comme l'ouverture des enveloppes, mais on encourage les lauréats à faire court. Il y a deux ans, on avait mis un gong après trente secondes de remerciements... Cela dit, ce n'était pas très convivial. »

Quoi qu'il en soit et même si personne n'ose ouvertement l'admettre, l'important n'est ni de gagner ni de participer aux Victoires. « Cela n'a quasiment aucun impact sur une carrière, explique un récent lauréat. Néanmoins, tout le monde est conscient que la musique classique a besoin de cet événement pour toucher le grand public. » Les organisateurs ont prévu des stars, comme la pianiste Hélène Grimaud ou le violoniste Vadim Repin, mais aussi une interprétation du Roi Arthur de Purcell par le duo comique Shirley et Dino. Rires et diapason ? W

B. C.

* Victoires de la musique classique. Ce soir en direct sur France 3, à partir de 20 h 35.