Pierre Mathieu: «On sait qu'on ne fera pas aussi bien que "Baby"»

BUZZ Après avoir filmé des filles nues dans Paris, le groupe Make the girl dance s'offre un nouveau coup de pub...

Propos recueillis par Sandrine Cochard

— 

DR

Les filles nues qui chantaient «Baby» dans les rues de Paris, c’était eux. Huit mois après le buzz phénoménal généré par la vidéo, le groupe Make the girl dance s’offre un nouveau coup de pub avec «Kill me», un clip réalisé sur le même modèle «home made». En quelques heures, elle avait déjà enregistré plus de 60.000 visionnages sur Dailymotion, à 17h. Le groupe est-il le nouveau roi du buzz? Réponse avec Pierre Mathieu, ex-animateur tv et membre du groupe.
 

MAKE THE GIRL DANCE "KILL ME" (official video)
 
«Kill me» est votre deuxième vidéo. Aviez-vous le sentiment d’être attendu au tournant?
Oui car les gens attendent toujours quelques choses de plus fort. On a géré la pression en se concentrant sur la musique et en se disant que de toute façon, on ne pourrait pas faire aussi bien que le succès de «Baby», qui a été vu 10 millions de fois sur le Net. Cela arrive une fois dans une vie. Du coup, on a voulu proposer quelques chose de différent. On est très content du résultat, notamment musical, et on espère que le morceau plaira autant que le clip.
 
Comment avez-vous organisé le buzz pour cette deuxième vidéo?
Avant de rendre public le clip, lundi à minuit, j’ai d’abord fait le tour de l’actu, en vérifiant que Johnny Hallyday n’était pas mort par exemple (rires). Un buzz passe inaperçu s’il est noyé dans l’actu. Ensuite, j’ai activé mes réseaux.
 
Le buzz est devenu votre spécialité… Vous avez des recettes à faire partager?
C’est difficile car il existe un facteur chance qui nous échappe. Trouver une idée originale est la première épreuve car on se rend compte que tout a plus ou moins déjà été fait. Par exemple pour «Kill me», dans lequel nous dépensons 30.000 dollars en huit jours, nous avons découvert après-coup qu’un groupe américain l’avait déjà fait il y a 10 ans (Blink 182 en 2004, ndlr). Ensuite, il faut proposer un traitement unique de cette idée. On n’est pas obligé de dépenser beaucoup d’argent. Le clip de «Baby» nous a coûté 600 euros… Enfin, il faut tomber au bon moment. Au final, le buzz est incertain car on ne peut pas obliger les gens à relayer notre clip. Nous avons la chance d’être deux: DJ Greg Kozo qui est un musicien et moi, qui connaît bien l’univers et la mécanique des médias.
 
La vidéo de Blink 182, «The rock show»:
 

blink-182 - The Rock Show
 
Le buzz est-il l’avenir des artistes voulant se démarquer sur le Net?
Oui car c’est un gain de temps énorme. Il existe beaucoup d’artistes talentueux qui ne savent pas se promouvoir eux-mêmes. Certains nous ont même déjà demandé de les conseiller en vidéo virale. Toutefois, je ne crois pas que le buzz soit un passage obligé. C’est un levier qui accélère la notoriété mais ne remplace pas le talent. Et j’espère vraiment qu’il y aura encore d’autre Lily Allen et Arctic Monkeys (artistes révélés par MySpace, ndlr).