A Angoulême, Baru jouera «les élèves disciplinés»

BANDE DESSINEE Désigné grand prix du festival d’Angoulême, Baru sera chef de bande en 2011...

Olivier Mimran

— 

Le dessinateur Baru, remporte le grand prix du festival de bande dessinée d'Angoulême en 2010.
Le dessinateur Baru, remporte le grand prix du festival de bande dessinée d'Angoulême en 2010. — NOSSANT/SIPA

Même si son nom avait été évoqué ces dernières années, Baru n'en revient pas: «C'est un immense honneur et un grand plaisir d'être consacré par ses pairs. Mais la vraie consécration, c'est d'avoir des lecteurs, ce qui est heureusement mon cas.» L'auteur de la série «Quéquette Blues» (éd. Dargaud) et du cultissime L'autoroute du soleil (éd. Casterman) peut en effet s'enorgueillir de jolis succès, pourtant loin d'être acquis: ses thèmes de prédilection n'étant pas franchement glamour et paillettes. Issu du bassin minier de Lorraine, Baru - Hervé Baruléa - puise son inspiration dans le tissu social français, d'où son surnom de «Ken Loach de la BD».

>> Retrouvez toute les interview vidéos et les dédicasses sur le blog du festival par ici

«Il existe une parenté entre ses films, ou ceux des frères Dardenne, et mes livres; on a en commun un grand souci de témoigner de la manière dont marche le monde», souligne-t-il avant de préciser: «J'ai commencé à faire de la BD pour mettre en avant le monde ouvrier, lui donner enfin le beau rôle.» Fort d'une oeuvre atypique car détournée des courants de la BD francophone, Baru verra ses graphismes accidentés et sombres succéder à ceux, plus élégants, de Blutch. Car obtenir un grand prix signifie qu'on présidera la prochaine édition du festival : « L'idée est un peu effrayante, je me sens plein de responsabilités. Mais je suis conseillé par des amis déjà sacrés, donc je jouerai les élèves disciplinés.» Il conclut: «J'inviterai des auteurs comme Gipi et Etienne Davodeau, dont les thématiques me parlent. Mon prédecesseur avait annoncé une présidence Brésil et samba, la mienne sera Liverpool et rock'n'roll!»