Christine Albanel chargée de réfléchir à la numérisation des livres

CULTURE Elle devra rendre ses conclusions le... 1er avril prochain...

Sandrine Cochard avec agence

— 

L'Assemblée examine en début de semaine un texte contre le piratage des oeuvres culturelles sur internet prévoyant jusqu'à la suspension de l'abonnement de l'internaute en cas de récidives, au nom de la défense des droits d'auteurs dans un contexte de crise, notamment du disque.
L'Assemblée examine en début de semaine un texte contre le piratage des oeuvres culturelles sur internet prévoyant jusqu'à la suspension de l'abonnement de l'internaute en cas de récidives, au nom de la défense des droits d'auteurs dans un contexte de crise, notamment du disque. — Martin Bureau AFP/Archives

Après la loi Hadopi, Christine Albanel va prochainement gérer un autre dossier épineux: celui de la numérisation des livres. Le Premier ministre François Fillon lui a confié mardi une mission sur la numérisation et la lutte contre le piratage des contenus dans l'édition. L’ex-ministre de la Culture, remerciée lors du remaniement de juin dernier, devra rendre ses conclusions le 1er avril prochain.
 
Google
 
La mission de Christine Albanel promet d’être ardue tant le chantier de la numérisation du patrimoine divise et coûte cher. L’actuel ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, évaluait son coût à 750 millions d’euros, le 19 novembre dernier. A charge pour Christine Albanel d’effectuer un travail de «sensibilisation auprès de la Commission européenne et des ministres européens en charge de la Culture» à propos des «interrogations» que suscitent «les propositions de numérisation faites aux bibliothèques publiques par des entreprises comme Google».
 
Est-ce une façon de tendre la main au géant américain, qui a déjà signé un accord avec les éditeurs américains et qui a déjà entamé des négociations avec la Bibliothèque nationale de France (BNF)? Pas sûr. La mission de Christine Albanel pourrait être, au contraire, de trouver des solutions pour se passer de Google. Pourquoi pas en relançant le portail Europeana, dont le lancement en 2008 avait été entaché par une panne?
 
Piratage
 
Le second axe de la mission de Christine Albanel porte sur «l'adaptation du secteur de l'édition à la lutte contre le piratage de ses contenus». «Le gouvernement ne peut accepter de voir une nouvelle industrie culturelle menacée par le pillage», écrit le Premier ministre, qui demande à Christine Albanel d'«expertiser les conditions dans lesquelles le secteur de l'édition pourrait le mieux tirer parti des mesures de protection et de dissuasion qui seront mises en oeuvre par Hadopi» sur le téléchargement illégal.
 
Enfin, le troisième volet de la mission vise à permettre de «développer très rapidement» l'offre légale numérique dans le secteur du livre. «Compte tenu de votre expérience de ce secteur, il vous est demandé de faire des propositions concrètes visant à faciliter l'exposition des éditeurs français sur Internet et la mise en oeuvre par les entreprises de propositions commerciales attractives en ligne», écrit le Premier ministre. Alors que des rumeurs annoncent l’arrivée prochaine de Christine Albanel à la BNF, cette mission prend des allures de tremplin. Et de revanche?