Marie N'Diaye, prix Goncourt 2009, et Frédéric Beigbeider, prix Renaudot

LIVRES Les prix du grand cru littéraire 2009 ont été annoncés ce lundi midi...

A. A.

— 

L'annonce du prix Goncourt en 2007, à Drouant, à Paris
L'annonce du prix Goncourt en 2007, à Drouant, à Paris — SIMON ISABELLE/SIPA

Banco pour Marie N'Diaye qui obtient le prix Goncourt pour Trois femmes puissantes (éd. Gallimard), et pour Frédéric Beigbeider qui recueille le prix Renaudot pour Un roman français (éd. Grasset).

Les Prix
Goncourt et Renaudot viennent d'être attribués ce lundi à 12H45 au restaurant Drouant à Paris. Des attributions qui n'ont surpris personne. Les membres du réseau Twitter avaient déjà parié ce lundi matin sur Marie N'Diaye pour le Goncourt 2009. Et Frédéric Beigbeider pour le Renaudot, qui s'est déclaré très heureux. «C'est un prix important, qui a été décerné au Voyage au bout de la nuit de Céline et aux Choses de Pérec, tous ces livres si beaux, si grands. Et là, me retrouver sur la même liste que ces gens-là... Je crois que je vais pleurer», a poursuivi Frédéric Beigbeder, visiblement ému.


Nouveau prix Renaudot

Bonne pioche pour les parieurs, donc. Et nouveauté cette année: un prix Renaudot du livre de poche, attribué pour la première fois, à Hubert Haddad pour Palestine.

La Mylène Farmer de l'édition

Sur place, à Drouant, l'ambiance est digne d'un concert de rock, tant Marie N'Diaye est devenue la Mylène Farmer de l'édition. Et, comme d'habitude, les polémiques vont bon train sur l'hégémonie de la maison d'édition Gallimard, qui a publié l'ouvrage de la lauréate. Déjà prix Fémina en 2001 pour Rosie Carpe, l'écrivaine a obtenu au premier tour 5 voix (sur 8 au lieu de 10, deux membres étant portés malades) contre
2 à Jean-Philippe Toussaint pour La Vérité sur Marie et une voix à Delphine de Vigan pour Les heures souterraines, autres candidats au Goncourt 2009.

Depuis le début de la rentrée littéraire, Marie N'Diaye eu un triomphe médiatique superlatif. Son atout? Etre une femme quand ce prix récompense le plus souvent des hommes — elle est la première femme à obtenir le Goncourt depuis 1998. Et appartenir à l'écurie qui rafle la plupart des prix depuis quelques années. «Je suis très contente pour le livre et pour l'éditeur. Je suis très contente d'être une femme qui reçoit le prix Goncourt, a-t-elle expliqué à la presse en arrivant devant le restaurant Drouant. Une sorte de miracle s'était déjà produit avec le succès du livre", a-t-elle ajouté,"ce prix est inattendu. C'est aussi le couronnement et la récompense de 25 ans d'écriture et de cette opiniâtreté».

>> A lire aussi: un portrait de Marie N'Diaye