La révolution des écrans

ENQUÊTE n dix ans, Internet a profondément bouleversé les pratiques culturelles des Français selon une étude du ministère de la Culture...

Charlotte Mannevy

— 

Calculer un itinéraire, gérer ses déplacements... Internet facilite les recherches.
Calculer un itinéraire, gérer ses déplacements... Internet facilite les recherches. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

C’est un peu le baromètre des comportements culturels. Tous les dix ans depuis les années 1970, le ministère de la Culture livre les résultats de son enquête statistique «Les pratiques culturelles des Français». Et le pavé était particulièrement attendu cette année. Il permet de prendre la mesure de la révolution déclenchée par la démocratisation d’Internet. Il faut dire que lors de la dernière étude, en 1997, «à peine 1% des foyers avaient alors accès à la Toile», souligne l’auteur du rapport, le sociologue Olivier Donnat. Aujourd’hui plus de la moitié des Français utilisent le Net pour leurs loisirs et consacrent 10 heures par semaine aux écrans hors programmes télévisés (Internet, mais aussi DVD ou jeux vidéos).

Moins de télé

Mais le temps libre n’étant pas extensible, cet engouement se fait au détriment des autres activités culturelles. Si la pratique d’un instrument de musique, les sorties au théâtre et au cinéma résistent bien, la télévision est en chute libre chez les plus jeunes. Sur le papier, la durée moyenne d’écoute de la télévision est restée stable, autour de 21 heures par semaine par Français. Mais parce que les Baby-boomers la regardent plus.

Les 15-24 ans passent, eux, deux heures de moins par semaine devant le petit écran. Du temps consacré aux jeux vidéos et surtout au web: Près de 58% des moins de 35 ans, quel que soit leur classe sociale, déclarent se connecter tous les jours pour leur usage personnel. Mais Internet n’a pas pour autant démocratiseé la culture. «Les pratiques ont toujours été différentes selon les milieux sociaux, explique Olivier Donnat. Bien sûr tout le monde envoie des mails, recherche des informations pratiques.  Mais ce que l’on fait sur Internet reste lié à ce qu’on fait dans la vie. Si on regarde beaucoup la télévision, on fera des recherches sur les programmes. Ceux qui s’intéressent au théâtre, sont ceux qui y vont. Les usages sont enracinés.»