Pierre Bergé ne veut pas rendre leurs bronzes aux chinois

« J'ai été menacé ême de mort. » C'est ce qu'affirmait Pierre Bergé, hier soir sur RTL, après l'affaire des deux bronzes chinois réclamés par Pékin et mis en vente aux enchères en février dernier. Pour l'instant, ils sont toujours dans une cham...

— 

Y. VALAT / EPA / SIPA

« J'ai été menacé - et même de mort. » C'est ce qu'affirmait Pierre Bergé, hier soir sur RTL, après l'affaire des deux bronzes chinois réclamés par Pékin et mis en vente aux enchères en février dernier. Pour l'instant, ils sont toujours dans une chambre forte chez Christie's.

« J'ai voulu les donner au Musée de Taïwan, qui ne veut pas ouvrir une pomme de discorde de cette importance avec la Chine continentale. Ou au Musée Guimet, mais je ne crois pas que la France ait non plus envie d'une querelle avec la Chine », a raconté l'hom­me d'affaires et collectionneur, qui assure qu'il ne les offrira jamais à la Chine. W