Brigitte Fontaine va crever

Benjamin Chapon

— 

« Je suis vieille et je vous encule / avec mon look de libellule / Je suis vieille et je vais crever / un petit détail oublié. » Par ce quatrain octosyllabique à rimes plates, refrain choc de la bouleversante chanson Prohibition, Brigitte Fontaine sonne l'assaut.

À 70 ans, la chanteuse revient avec un album politique, incorrect et touchant. « Après l'album Libido, j'ai eu envie de sortie de mon infini intérieur pour voir ce qu'il se passait dehors. Et c'est pas terrible... » Ces chansons dressent le portrait d'une artiste iconoclaste, anarchiste, agoraphobe et un rien misanthrope, perdue mais lucide dans une société constipée. « J'ai ressorti mes griffes et mes yeux de lynx. Même si je suis myope, je vois bien ce qu'il se passe », s'amuse Brigitte Fontaine. Le titre inaugural de l'album, Dura Lex, est ainsi un programme apolitique qui dénonce l'aseptisation généralisée. « Ne pas fumer peut rendre folle », crie la chanteuse en même temps que sa détestation des « pigeons gris, blancs et roux... » Brigitte Fontaine mêle avec dérision ses combats. « J'en ai marre de cette société qui perd son temps à s'excuser. Je ne m'excuserai pas d'être ce que je suis. » Heureusement, Prohibition ne compte pas que des titres durs. Depuis toujours, la chanteuse équilibre ses albums avec des pochades dérisoires, des comptines de midinette punk et des mélopées arabisantes, comme la sublime Harem, où Brigitte Fontaine fait valoir son art achevé de la versification. Mai la chanson-titre, Prohibition, constat poignant de la façon dont notre société traîte ses aînés, qui reste comme le chef d'oeuvre de cet album. La part d'immortalité de Brigitte Fontaine. W