Frédéric Mitterrand veut avancer avec l'Allemagne

A Berlin, Faustine Vincent

— 

« Das ist wunderbar ! C'est formidable ! »

Avant de monter sur scène, devant la porte de Brandebourg, Frédéric Mitterrand révise ses quelques mots d'allemand. Le ministre de la culture était invité à Berlin ce week-end pour la fête de la réunification allemande (le 3 octobre 1990), coup d'envoi des célébrations des 20 ans de la chute du Mur. Ce séjour était aussi l'occasion d'aborder le grand dossier du moment : la numérisation du patrimoine. Après ses entrevues avec son homologue allemand, Bernd Neumann, et le maire de Berlin, Klaus Wowereit, le ministre s'est dit satisfait : « La France et l'Allemagne sont sur la même ligne : nous voulons des garanties sur la numérisation », notamment sur la préservation des droits d'auteur, de la concurrence et la diversité culturelle. Cette approche similaire est d'autant plus importante à ses yeux que « la France et l'Allemagne sont les navires amiraux de l'Europe », et qu'une position commune leur permettrait de rallier leurs partenaires européens, selon le ministère. Mais il faut faire vite, la numérisation du patrimoine étant déjà en cours. En France, une commission présidée par Claude Durand, ancien PDG de Fayard, sera mise en place dans les prochains jours. Elle devra rendre ses conclusions sous deux mois après avoir consulté les spécialistes du secteur, divisés sur le sujet. W